Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean-Louis Vanherweghem

(Séance du 26 mars 1994)

UNE NOUVELLE FORME DE NÉPHROPATHIE SECONDAIRE À L'ABSORPTION D'HERBES CHINOISES

par J.-L. VANHERWEGHEM (ULB), invitė.

Une épidémie d'insuffisance rénale rapidement progressive a été observée en Belgique pendant les années 1992 et 1993 et a été mise en relation avec une cure d'amaigrissement utilisant des herbes chinoises, le stephania tetrandra et le magnolia officinalis. 71 cas ont été enregistrés au premier janvier 1994, 35 d'entre-eux étant en traitement définitif par dialyse ou transplantation rénale. L'insuffisance rénale a progressé dans la plupart des cas, malgré l'arrêt de l'exposition aux herbes chinoises. Les biopsies rénales montrent une fibrose interstitielle extensive avec perte et atrophie tubulaires principalement dans le cortex externe.

Les analyses phytochimiques des extraits pulvérisés d'herbes chinoises délivrées en Belgique ont démontré une erreur d'identification entre le stephania tetrandra et une autre herbe chinoise, l'aristolochia Fang-chi, potentiellement néphrotoxique.

Ces observations indiquent qu'il convient de rechercher intensivement des néphrotoxines dans tous les cas de néphrites interstitielles d'origine indéterminée.  Elles soulignent également la nécessité d'introduire des dispositions permettant le contrôle et l'identification correcte des préparations phyothérapiques.