Académie royale de Médecine de Belgique

|

Eloge par J. Derivaux lors de la Séance du 22 avril 1989

L'Académie a appris, avec émotion, le décès du Professeur Pierre Lépine, membre honoraire étranger, survenu à Paris le 5 mars 1989.

Il était né à Lyon le 15 août 1901 dans une famille de médecins: son grand-père était professeur de clinique et son père neurologue, fut doyen de la Faculté de Médecine de Lyon: c'est tout naturellement qu'il s'engage dans la carrière médicale et il effectue très brillamment ses études à l'université de sa ville natale.

A peine âgé de 24 ans, il débute sa carrière comme professeur à l'Université américaine de Beyrouth mais très vite il se sent davantage attiré par la recherche et il décide de s'y consacrer. En 1927, il entre à l'Institut Pasteur comme chef de Laboratoire de M. Levaditi dont il devient le principal collaborateur dans ses recherches, alors débutantes, sur les virus. De 1931 à 1935, il dirige l'Institut Pasteur hellénique à Athènes, puis il rentre à Paris où il prend d'abord la direction des services des virus qu'il occupera jusqu'à sa mise à la retraite en 1971.

Le Professeur Lépine laisse une oeuvre scientifique particulièrement abondante et importante. Ses travaux sur la poliomyélite sont particulièrement connus: il étudie le mode de transmission du virus, sa résistance dans le milieu extérieur et finalement il met au point (1954), contre cette redoutable maladie, un vaccin inactivé par la beta-propioloctone qui progressivement a remplacé le vaccin inactivé par le formol. En matière de rage, il a démontré l'évolution du virus fixe et introduit la beta-propioloctone pour son inactivation, ce qui a permis de lyophiliser le vaccin et de la conserver, chose jugée jusque là impossible, grâce à diverses techniques, dont il fut souvent l'initiateur, il a étudié la structure de nombreux virus et les lésions cellulaires qu'ils provoquent. Ces études l'ont amené à énoncer que les virus ne renferment qu'un seul acide nucléique: critiquée au départ, cette conception est aujourd'hui classique. Il s'est également intéressé à la virologie animale. Il avait participé en 1982 à la réunion commune de l'Académie de M2decine de France et de notre Académie et y avait présenté une lecture ayant pour titre "Sur un choix de sources d'énergies. Parmi ses nombreux ouvrages publiés, seul ou en collaboration, je mentionnerai seulement: "Les virus" ouvrage qui, de 1961 à 1984, a connu 5 éditions; "Les techniques de laboratoire en virologie humaine" (1964); "Les vaccinations" (1975). Passionné d'histoire de la médecine, il a également publié, en collaboration avec Jacques Nicolle, une biographie de Methcknikoff.

Il était membre de l'Académie des Sciences, des Académies nationales de Médecine, Chirurgie et Pharmacie. Il était membre honoraire étranger de notre Compagnie depuis 1957, Fellow of the New York Academy of Sciences, correspondant de l'Académie des Sciences d'U.R.S.S., des Académies de Rome, Madrid, du Brésil, de l'Académie pontificale des Sciences... Il était Grand Officier de la Légion d'Honneur, Commandeur des Palmes académiques, médaille d'or des Académies, Grande Médaille de la Ville de Paris dont il fut conseiller municipal depuis 1971 et adjoint au maire, avec en charge l'hygiène, la salubrité, la toxicomanie. C'est une personnalité de tout premier plan et un collègue de grande classe qui nous a quitté.