Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport de la Commission chargée d'étudier l'opportunité de réglementer l'usage des médicaments antialcooliques

La Commission composée de MM. Corneille Heymans, Ludo Van Bogaert, Jean Titeca, Membres titulaires, et de M. André Simonart, Correspondant, s’est réunie ce jourt et a examiné la proposition concernant la réglementation de l’usage de certaines médications antialcooliques. En conclusion, elle propose à l’Académie d’adopter la motion suivante :

Considérant que l’usage de l’antabuse (bisulfure de tétraéthylthiuram) constitue un important progrès dans le traitement de l’alcoolisme chronique ;

Remarquant que ce produit ne peut être administré sans risque que sous la surveillance constante d’un médecin spécialiste ;

Spécifiant que le principe même de ce traitement est de ne l’appliquer qu’aux toxicomanes qui ont exprimé le désir sincère de ne plus boire et qui demandent donc à ce qu’on vienne au secours de leur volonté défaillante, d’où la nécessité supplémentaire de doubler l’action pharmacodynamique du tétraéthylthiuram par une psychothérapie sans laquelle on ne peut escompter du traitement son maximum d’efficience ;

Rappelant qu’au surplus, administrer l’antabuse à un alcoolique à son insu peut constituer pour lui un danger grave, voire même mortel ;

Demande à M. le Ministre de la Santé publique et de la Famille d’inscrire l’antabuse (ainsi que l’hespéral et les autres spécialités pharmaceutiques à base de tétraéthylthyiuram) sur la liste des médicaments qui ne peuvent être délivrés que sur prescription médicale.

Ce rapport est adopté à l’unanimité et sera porté à la connaissance de M. le Ministre de la Santé publique et de la Famille.

Séance du 28 janvier 1961.