Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Christine Verellen

(Séance du 27 mai 2000)

LE CANCER DU COLON HÉRÉDITAIRE NON POLYPOSIQUE : DIAGNOSTIC GÉNÉTIQUE ET IMPLICATIONS CLINIQUES     

par Mme Ch. VERELLEN (UCL), invitée.

Le cancer colorectal est la deuxième cause de mortalité en Europe occidentale.  Notre lecture a pour but de décrire les progrès génétiques récents et leur implication dans les mécanismes de la carcinogenèse colorectale ainsi que leurs conséquences dans la prise en charge thérapeutique et dans les mesures de prévention du cancer colorectal héréditaire non polyposique ou syndrome HNPCC.

L’histoire familiale et les signes cliniques, coliques et extracoliques, qui permettent de suspecter ce syndrome autosomique dominant sont présentés (critères d’Amsterdam revus par ceux de Bethesda).  Les six principaux gènes MLH1, MSH2, MSH6, PMS2, PMS3 et MSH3, responsables du syndrome HNPCC, sont directement impliqués dans le système de réparation des mésappariements des bases nucléotidiques, lors de la réplication de l’ADN à chaque cycle cellulaire.  Un défaut constitutif d’un de ces gènes suivi de la perte de fonction de l’allèle homologue est responsable du phénotype mutateur des tumeurs, qui se manifeste par des variations de taille de séquences répétitives que sont les microsatellites, et par une perte d’expression de la protéine spécifique au gène impliqué.

Afin de donner une information précise aux cliniciens et aux patients concernés, et en l’absence de critères absolus de diagnostic du syndrome HNPCC, nous avons développé, depuis septembre 1988, une stratégie de diagnostic génétique du syndrome et de recherche de la mutation responsable pour les deux principaux gènes MLH1 et MSH2.

Pour les patients, le diagnostic génétique pourrait modifier la prise en charge chirurgicale et le traitement médical, et dans les familles à risque, le diagnostic génétique prédictif devrait contribuer très positivement à la prévention de cancer.  

_________________