Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Michel Goldman

(Séance du 26 février 2000)

LES LYMPHOCYTES Th2 CHEZ L’HOMME : UNE NOUVELLE CAUSE D’EOSINOPHILIE        

par M. GOLDMAN (ULB), correspondant.

Le syndrome hyperéosinophilique idiopathique est défini par une hyper-éosinophilie prolongée, d’étiologie inconnue, généralement compliquée de lésions tissulaires.  L’interleukine-5, produite par la sous-population Th2 des lymphocytes CD4, est responsable de la différenciation et de l’activation des polynucléaires éosinophiles.  Des cellules Th2 monoclonales ont été identifiées chez plusieurs patients atteints de syndrome hyperéosinophilique idiopathique.  La survie et la production d’interleukine-5 par ces cellules dépend de voies d’activation dites costimulatrices (B7/CD28,LFA-3/CD2) ainsi que de la liaison de l’interleukine-2 à son récepteur de haute affinité.  L’interféron-alpha inhibe la synthèse d’interleukine-5 par les cellules clonales mais prévient leur apoptose spontanée en agissant au niveau mitrochondrial.  Les implications physiopathologiques et thérapeutiques de ces observations seront discutées.

_________________