Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean-Jacques Legros

(Séance du 28 septembre 2002)

L’OCYTOCINE : UN MOYEN NATUREL DE LUTTER CONTRE LE STRESS PSYCHOLOGIQUE

par J.J. LEGROS (ULg), Chef du Service Universitaire d’Endocrinologie ; coordonnateur de l’Unité de Psychoneuroendocrinologie.

L’ocytocine est un peptide synthétisé dans l’hypothalamus et stocké dans l’hypophyse postérieure (neurohypophyse) : sa structure est très proche de celle de la vasopressine, encore appelée hormone antidiurétique.

L’ocytocine est également synthétisé dans les structures cérébrales et au niveau de certains organes périphériques, en particulier le thymus.

L’ocytocine synthétisée dans les noyaux magno-cellulaires paraventriculaires est libérée dans le sang périphérique où son rôle physiologique le plus évident est celui de l’éjection réflexe du lait.

Au niveau de l’éminence médiane, nos travaux réalisés chez le volontaire humain ont démontré que l’ocytocine est douée d’un effet opposé à celui de la vasopressine, à savoir une action inhibitrice sur la sécrétion de l’ACTH.

Des études physiologiques réalisées, en particulier lors de la lactation dans différentes espèces animales, ont confirmé qu’une libération d’ocytocine endogène induisait également une inhibition de l’activation corticotrope.  Des résultats récents obtenus chez le rat démontrent que l’ocytocine pourrait agir par activation des récepteurs alpha2-adrénergiques.

Les résultats obtenus dans l’espèce humaine, en particulier lors de la lactation, confirment cet effet protecteur « anti-stress », de l’ocytocine.

L’ocytocine libérée dans certaines conditions physiologiques ou expérimentales pourrait dès lors constituer un agent endogène permettant de lutter contre l’hypercorticisme du stress psychologique et ses conséquences pathogènes, en particulier cognitives.

__________________