Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Sabine Costagliona (Séance du 29 novembre 2008)

MÉCANISMES MOLÉCULAIRES SÉLECTIONNÉS PAR L’ÉVOLUTION CHEZ LES PRIMATES POUR SE PROTÉGER VIS-A-VIS DE L’HORMONE CHORIO-GONADOTROPHIQUE

par Mme S. COSTAGLIOLA (U.L.B.), invitée.

Les Récepteurs aux hormones glycoproteiques (rTSH, rLH et rFSH) proviennent de la duplication d’un gène ancestral. Ils présentent une large homologie dans la région responsable de la liaison spécifique de l’hormone. De même les hormones proviennent elles aussi de la duplication de gènes ancestraux. Elles sont formées de deux sous unités. Une sous unité alpha commune aux trois hormones et une sous unité bêta spécifique de chaque hormone mais présentant néanmoins aussi 40 % d’homologie. On peut ainsi déduire que le risque existe d’avoir des phénomènes d’activation «Illégitime » d’un récepteur par une autre hormone que celle, qui lui est accouplée. Néanmoins, en moyenne le système reste bien étanche et chaque couple hormone-récepteur fonctionne sans interférer avec un autre.

Mais le plus grand risque d’activation Illégitime se situe lors du premier trimestre de la grossesse chez les primates. En effet, chez les primates supérieurs uniquement, une quatrième hormone apparaît formée d’une nouvelle sous unité bêta : l’hCG.  L’ hCG provient d’une duplication du gène de la LH avec laquelle elle partage environ 80 % d’homologie. Elle est produite par le placenta et son pic de concentration se situe vers la dixième semaine de grossesse, en concentration molaire 1000 fois supérieure aux taux de LH.

Lors du premier trimestre de la grossesse, l’hCG est produite pour stimuler le rLH, et une activation illégitime du rFSH par des taux trop élévés d’hCG (comme dans les grossesses gémellaires) conduit à une hyperstimulation de l’ovaire et éventuellement un phénomène inflammatoire, délétère tant pur la mère que pour le fœtus.

L’hCG apparaît chez les primates supérieurs et jusqu’alors, les mammifères non primates n’avaient pas reçu de pression sélective visant à protéger leur rFSH de l’hCG. Ainsi le rFSH de Rat peut être stimulé par de hautes concentrations en hCG. L’hCG apparaissant, qui plus est en concentrations très élevées, les primates ont du  modifier la structure moléculaire de leur rFSH pour le protéger.

Nos travaux ont permis de retrouver et de suivre  la trace moléculaire de l’évolution de ce récepteur des primates inférieurs jusqu’à l’homme.

____________________