Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de François Fuks (Séance du 26 janvier 2008)

LA BIOLOGIE ET LA MÉDECINE A L’HEURE DE L’ÉPIGÉNÉTIQUE

par F. FUKS (U.L.B.), invité.

Une des questions fondamentales de la biologie est de comprendre comment les gènes sont exprimés dans un type cellulaire particulier. Chaque cellule du corps humain contient en effet le même nombre de gènes, pourtant seul un petit nombre d'entre eux est exprimé dans une cellule, suivant le stade de développement de l'organisme ou du type cellulaire. Pour comprendre les bases moléculaires de la régulation des gènes, il est important de comprendre non seulement comment les gènes sont activés mais également comment ceux-ci sont réprimés. Parmi les mécanismes de verrouillage des gènes, un niveau de contrôle essentiel représente une modification chimique spécifique de l'ADN, la méthylation de la cytosine. Les énormes progrès réalisés au cours des dernières années ont permis de démontrer le rôle prépondérant joué par la méthylation de l’ADN au cours de plusieurs processus biologiques du développement. En outre, il semble de plus en plus clair qu’une méthylation aberrante de l’ADN joue un rôle primordial dans le processus de cancérogenèse. Ainsi, l'essor et l'intérêt actuel porté pour l'étude de la méthylation provient également du fait qu'au contraire des anomalies de la séquence de l'ADN, l'hyperméthylation de gènes suppresseurs de tumeur est un phénomène réversible. Une thérapie des cancers à base d'inhibiteurs de la méthylation est donc enviseagable et d’ores et déjà plusieurs études cliniques prometteuses sont en cours.

Au cours de ces dernières années, nous nous sommes intéressés à l’étude des bases moléculaires de la méthylation de l’ADN et de son implication dans la cancérogenèse. Plus particulièrement, nos recherches visaient à mieux comprendre: (i) comment la méthylation de l’ADN verrouille l'expression génique, (ii) comment elle est ciblée en des régions spécifiques du génome.

____________________