Académie royale de Médecine de Belgique

|

Motion déposée par M. J. François, Membre titulaire, au nom des Membres ophtalmologistes, à propos d'une proposition du Comité économique et social des Communautés européennes

M. L. Coppez présente et commente le texte suivant :

« Etant donné les dangers que feraient courir à la Santé publique les modifications qui pourraient être apportées au statut de la profession d’opticien lunetier en tant qu’auxiliaires médicaux dans le cadre de la  Communauté Economique Européenne, il est indispensable que la manipulation d’appareils destinés à détecter les défectuosités de l’appareil visuel et l’utilisation des procédés de mesure objective de la réfraction soient interdites aux opticiens, dont l’activité doit être limitée à l’exécution des prescriptions médicales formulées en vue de la correction de la vue, ainsi qu’à la vente, l’entretien et la réparation des articles d’optique. L’utilisation des appareils d’investigation et de mesure, tels que ophtalmomètre, skiascope, ophtalmoscopes, etc., doit être réservée aux seuls docteurs en médecine. La délivrance de l’appareillage qui corrige les défectuosités visuelles et la construction d’un système optique en contact direct avec l’œil doivent être subordonnées à une prescription médicale, délivrée à la suite d’un examen médical préalable et obligatoire. »

Cette motion est approuvée et sera portée à la connaissance des autorités compétentes et de la presse médicale.

Séance du 27 juin 1970.