Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport concernant la création d'un centre interuniversitaire consacré à l'informatique médicale

M. Lequime donne lecture d’un texte qui suscite quelques remarques de la part de MM. De Visscher et Morelle. Il est donc décidé que, après avoir été légèrement amendé, ce texte sera communiqué à la « Koninklijke Vlaamse Academie voor Geneeskunde » pour information et dispositions utiles ultérieures.

Voici ce rapport :

« L’utilisation des ordinateurs en médecine s’est développée d’une façon extraordinaire au cours des dernières années. Des progrès immenses ont été faits dans ce domaine, plus particulièrement aux Etats-Unis. Une telle activité nécessite un personnel hautement qualifié et multidisciplinaire (ingénieurs, mathématiciens, physiciens et médecins). Dans notre pays, et d’une façon plus générale en Europe, peu d’universitaires sont actuellement engagés dans ces voies nouvelles, et il reste souvent difficile de réunir des équipes de recherches parfaitement compétentes.

« Par ailleurs, l’infrastructure technique est particulièrement coûteuse et son évolution rapide. Ceci implique des investissements extrêmement importants et continus si l’on veut se maintenir à un niveau compétitif international.

« la Commission estime, dès lors, qu’il conviendrai que soit créé, dans les plus brefs délais possibles, un centre interuniversitaire ce recherches consacré à l’informatique médicale. Un tel centre ne devrait, en aucune matière, brider le développement des centres de recherches actuels. Bien au contraire, le rôle de ce centre, qui, en fait, constituerait une association de chercheurs intéressés par les problèmes d’informatique, serait de rechercher les moyens financiers nécessaires aux différents centres universitaires, de réunir régulièrement les équipes intéressées par ce problème  et de rationaliser, dans la mesure du possible, les études poursuivies. Il paraît évident qu’il ne sera possible d’obtenir rapidement des résultats intéressants qu’à la condition que les efforts soient coordonnés et qu’une collaboration étroite soit entretenue avec les autres pays d’Europe.

« Il nous semble que l’Académie pourrait jouer un rôle important dans ce domaine. Elle pourrait, en effet, servir de catalyseur en suggérant aux Facultés de Médecine du pays la création d’un tel centre interuniversitaire et en leur demandant de désigner les chercheurs intéressés à ces questions. Il est évident que de telles suggestions devraient être faites par les deux Académies de Médecine et que, dès lors, la « Koninklijke Vlaamse Academie voor Geneeskunde » devrait marquer son accord avec cette proposition.

« Ce rapport a été approuvé à l’unanimité par la Commission chargée d’étudier les documents relatifs à l’organisation de la médecine.

Séance du 28 février 1970.