Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Mme Nicole Le Douarin (Séance du 19 décembre 2009)

 

CELLULES SOUCHES ET PLASTICITÉ DE L’ÉTAT DIFFÉRENCIÉ AU COURS DU DÉVELOPPEMENT ET CHEZ L’ADULTE

par Mme N. LE DOUARIN (Collège de France – Paris), invitée.   

Le concept de cellule souche a été défini sur la base d’observations et d’expérimentations réalisées sur le développement et le renouvellement des cellules sanguines à partir du début des années 1960. Les cellules souches se distinguent des autres cellules somatiques par leur mode de division asymétrique. En effet, la mitose d’une cellule souche produit une cellule fille semblable à elle-même qui reste indifférenciée et se divise rarement et une cellule qui se divise activement puis fournit des cellules différenciées de divers types. Il existe chez les Vertébrés trois types de cellules souches : i. celles qui constituent l’embryon précoce et qui peuvent fournir, dans leur progénie, tous les types cellulaires différenciés de l’organisme adulte. Elles sont pluripotentes. Prélevées chez l’embryon des mammifères au stade blastocyste et cultivées in vitro dans des conditions adéquates, elles conservent leur pluripotence, leur capacité de proliférer indéfiniment et leurs propriétés de cellules souches. Elles sont désignées par le sigle ES cells (pour Embryonic Stem cells). ii. les cellules souches de l’embryon plus avancé dans son développement. Elles existent dans chacun des tissus en cours de différenciation et sont qualifiées de multipotentes car leurs capacités de différenciation sont plus restreintes que celles de l’embryon précoce. iii. les cellules souches de l’adulte contenues dans tous les tissus. Leur rôle est de renouveler les cellules différenciées dont la durée de vie est limitée. Des espoirs considérables sont placés dans l’avènement d’une médecine régénérative basée sur l’utilisation de cellules souches. Les problèmes éthiques posés par les cellules ES dont l’obtention entraîne la destruction d’un embryon, ont amené les chercheurs à tenter d’utiliser les cellules souches de l’adulte. De nombreux essais ont tenté d’étendre leurs capacités de différenciation. Ils ont été décevants jusqu’à ce qu’en 2006, un progrès considérable a été accompli par le groupe du Dr Yamanaka qui a réussi a transformer des cellules fibroblastiques différenciées en cellules présentant les propriétés de cellules souches bona fide par l’injection de quatre gènes, normalement exprimés dans des cellules souches embryonnaires. Ces cellules, reprogrammées en cellules de type embryonnaire, sont appelées iPS cells pour « induced Pluripotent Stem » cells. Les progrès spectaculaires accomplis depuis 2006 dans ce domaine seront exposés, la question de la plasticité de l’état de différenciation sera discutée.

________________________