Académie royale de Médecine de Belgique

|

Dangers liés à l'observation d'une éclipse solaire

Les éclipses, totales ou partielles, de soleil sont des phénomènes rares, grandioses et fascinants qui attirent l'attention d'un immense public.

Un tel phénomène pose cependant des problèmes de sécurité cruciaux car l'observation d'une éclipse de soleil peut être très dangereuse pour les yeux. En effet, la focalisation sur la rétine d'une lumière solaire intense, peut produire des altérations plus ou moins graves sous forme, principalement, de coagulations des cellules visuelles au niveau de la rétine centrale en y laissant des lésions irréversibles.

Ces dommages peuvent être constatés après 60 secondes d'exposition sans protection mais on peut observer des altérations fonctionnelles variables pour des expositions de moindre durée. De plus, quand un instrument optique grossissant est utilisé (jumelles ou télescope), le seuil d'exposition tolérable peut se limiter à une fraction de seconde.

Ce risque est d'autant plus dangereux qu'il ne s'accompagne d'aucune douleur et d'aucun autre symptôme immédiat qu'un certain degré d'éblouissement. Ce n'est que quelques minutes ou même parfois plusieurs heures après l'exposition qu'apparaissent les signes cliniques sous forme de diminution de la vision avec une tâche aveugle centrale ou para-centrale.

Une fois les lésions installées, il n'y a pas de thérapeutique et la récupération est variable, allant de quelques signes minimes jusqu'à la persistance d'un scotome central compromettant à jamais l'acuité visuelle indispensable à la lecture.

Il existe des dispositifs optiques filtrants, parfaitement efficaces pour prévenir ces lésions. Les films plastiques aluminés, genre MYLAR, répondent parfaitement aux critères de protection. Leur densité doit être supérieure à 5. Le prix de revient de ces filtres est extrêmement bas mais ils sont fragiles et, s'ils sont pliés ou rayés, ils n'offrent plus une protection suffisante. Les verres de soudeurs sont aussi recommandables à condition qu'ils portent un numéro d'échelon compris entre 12 et 16.

Il est cependant important d'insister sur l'inefficacité d'autres moyens plus ou moins "bricolés". Par exemple, les films photographiques complètement exposés et noirs, les disques compacts audio ou informatiques, les plaques de verre noircies à la flamme, les paires de lunettes solaires superposées et l'observation du déroulement de l'éclipse par réflexion sur une surface d'eau, toutes ces méthodes sont, à divers degrés, dangereuses car elles donnent l'illusion d'une protection alors qu'elles ne sont pas d'une efficacité suffisante.

Il est donc recommandable d'utiliser les films aluminés du genre MYLAR de densité supérieure à 5 ou les verres de soudeurs d'un indice de protection supérieure à 12 et de proscrire tout autre moyen d'observer l'éclipse solaire de façon prolongée.


Texte aimablement transmis par le Professeur J. LIBERT,
Correspondant de l’Académie royale de médecine de Belgique.