Académie royale de Médecine de Belgique

|

Avis sur l’utilisation de l’ocytocine

Avis sur l’utilisation de l’ocytocine pour renforcer les liens sociaux et traiter certaines pathologies mentales (16 avril 2012)

 

L’ocytocine est une hormone hypophysaire qui stimule la contraction du muscle lisse de  l’utérus. Elle est disponible en Belgique sous le nom de Syntocinon et utilisée  par voie intraveineuse ou intramusculaire en cas de contractions utérines insuffisantes  et pour la prise en charge préventive et curative des hémorragies du postpartum.  

Il est maintenant établi que l’ocytocine est non seulement une hormone sécrétée par l’hypophyse, mais aussi un neurotransmetteur dans le cerveau. Au cours de la dernière décennie, de nombreuses études ont mis en évidence un effet prosocial de l’ocytocine qui suscite beaucoup d’intérêt. Une recherche de littérature sur PUBMED avec les mots clef « oxytocin » et « social » identifie pas moins de 781 articles rapportant des études tant chez l’animal que chez l’homme, qui combinent génétique, imagerie cérébrale et tests comportementaux. Les résultats de ces études ont été synthétisés dans deux revues très récentes (1,2), qui rappellent notamment que :

  • les taux sanguins d’ocytocine sont corrélés à l’intensité des liens sociaux ;
  • un polymorphisme du gène codant pour le récepteur de l’ocytocine a été associé à une diminution d’empathie et à l’autisme ;
  • l’administration intranasale d’ocytocine renforcerait  la confiance et la générosité ;
  • l’ocytocine diminue l’anxiété via une inhibition de la sécrétion de cortisol.

Cependant d’autres études chez l’homme ont montré que si l’ocytocine renforce les liens au sein d’un groupe, elle pourrait favoriser les conflits entre groupes et la violence (3). De plus l’ocytocine n’est pas dénuée d’effets indésirables. Le résumé des caractéristiques du produit Syntocinon mentionne : réactions anaphylactoïdes avec dyspnée, hypotension ou choc,   troubles du rythme cardiaque, hyponatrémie, céphalées, nausées et vomissements et éruption cutanée.       

L’ocytocine émerge donc comme une nouvelle cible potentielle pour le traitement de troubles mentaux comme l’autisme, l’anxiété et la schizophrénie. Cependant cette cible n’est pas encore validée par les résultats d’essais cliniques concluants, beaucoup d’études ayant été réalisées sans contrôle et sur un petit nombre de sujets (1,2). L’utilisation de l’ocytocine pour renforcer les liens sociaux et traiter des affections psychiatriques n’a été approuvée ni par la FDA aux USA, ni par l’EMA en Europe. La démonstration concluante de l’efficacité et de l’innocuité de l’ocytocine dans ces nouvelles indications requiert la réalisation d’essais cliniques contrôlés et randomisés de Phase III incluant un nombre suffisant de patients. De plus il est probable que l’utilisation optimale de l’ocytocine se fera en combinaison avec une psychothérapie (1,2). L’Académie royale de Médecine de Belgique ne peut donc en l’état recommander son utilisation dans cette indication en dehors de la recherche.

Références

1.     Meyer-Lindenberg A, Domes G, Kirsch P, Heinrichs M. Oxytocin and vasopressin in the human brain: social neuropeptides for translational medicine. Nat Rev Neurosci. 2011 Aug;12:524-38

2.     Striepens N, Kendrick KM, Maier W, Hurlemann R. Prosocial effects of oxytocin and clinical evidence for its therapeutic potential. Front Neuroendocrinol. 2011 Oct;32:426-50

3.     De Dreu CK, Greer LL, Van Kleef GA, Shalvi S, Handgraaf MJ. Oxytocin promotes human ethnocentrism. Proc Natl Acad Sci U S A. 2011 Jan; 108:1262-6