Académie royale de Médecine de Belgique

|

Tapisserie : "Le Serment d'Hypocrate"

Photo de la reproduction dans le livre de Léon-Louis SOSSET, Tapisserie contemporaine en Belgique, Liège, Ed. du Perron, 1989

Origine :

"Le Serment d'Hypocrate" fut réalisé en 1966, à l'occasion du 125ème anniversaire de la fondation de l'Académie royale de Médecine de Belgique.

Elle évoque, en grec ancien, les passages du serment d'hypocrate qui sont en quelque sorte, depuis de nombreux siècles, la charte de l'éthique médicale. Un spécialiste de l'université de Liège fut appelé à se prononcer sur le choix de la version originale du texte.

Le peintre-décorateur José Crunelle, Professeur à l'Académie royale des Beaux-Arts de la ville de Bruxelles, en réalisa le carton, à la demande du Ministère de la Culture (Administration des Beaux-Arts, service des arts plastiques), administration qui en assura par ailleurs le financement.

L'œuvre était destinée à orner une des salles de conférences du Palais des Académies, qui n'avait pas encore connu, à l'époque, les importants travaux de rénovations intervenus depuis.

Le coût de l'exécution de l'œuvre, soit 111.320 frs de l'époque, fut pris en charge par le Service des foires et expositions du Ministère des Affaires économiques. A ce titre, la tapisserie figure dans les inventaires de cette administration, tout en étant cédée, en prêt permanent, à l'Académie de Médecine.

Fiche technique :

Carton de José Crunelle;

Dimension : H. 3.60m - L. 2.50m.;

Tissage : Manufacture de Tapisserie BRAQUENIE & CO,

             Rue de Stassart, 24

             MALINES;

Point : moyen - 5 ½ fils au cm.

Tissage en basse lice; laine et coton.

Circulation :

Après son inauguration, en présence de S.M. le Roi, lors des cérémonies commémoratives du 125ème anniversaire de l'Académie, en octobre 1966, la tapisserie a été emmenée tour à tour par la section des expositions du Ministère des Affaires économiques et le Ministère de la Culture, pour être présentée à diverses expositions en Belgique et à l'étranger, dans le cadre de la promotion de la culture et des métiers d'art belges.

Pendant de nombreuses années, elle constituait une œuvre de choix à présenter au public, car techniquement, elle était une réalisation de pointe.

Prague : novembre 1966,

Dubrovnik - Rijeka - Belgrade - Bonn - Vienne : 1967,

Barcelone - Hambourg : 1968,

Stavelot - Le Cap - Prétoria : 1969,

Gand - Lodz - Varsovie : 1970,

Bruxelles : 1971,

Montréal : 1972,

Lille (deux fois) : 1975,

Stavelot : 1977,

Düsseldorf - Tournai : 1979,

Théâtre National : 1982,

Tournai : 1983,

Mons : 1986,

Bruxelles (deux fois) : 1986 - 1987.