Académie royale de Médecine de Belgique

|

Jean-Pierre CHANGEUX

Né à Domont (France) le 6 avril 1936.

Elu Correspondant étranger le 26 novembre 1983.

Promu membre honoraire étranger le 26 novembre 1988.

Professeur au Collège de France et Directeur de l'Unité de Neurologie moléculaire à l'Institut Pasteur.

Spécialité : Neurobiologie moléculaire.

Jean-Pierre Changeux est un ancien élève de l'Ecole normale Supérieure, Agrégé de Sciences naturelles et Docteur ès Sciences.

Il a commencé son travail de laboratoir à l'Ecole Normale comme agrégé préparateur de Zoologie en étudiant des crustacés parasites. En 1959, il entre à l'Institut Pasteur dans le service de Biochimie cellulaire dirigé par Jacques Monod. Il y étudie un enzyme, la L-thréonine désaminase dont les propriétés régulatrices ont été récemment mises en évidence aux Etats-Unis. Cet enzyme, le premier de la chaîne de biosynthèse de l'isoleucine, est inhibé par le produit terminal de synthèse de sorte que la concentration interne de l'isoleucine agit comme signal pour moduler, par rétroaction, sa propre production.

En quelques années, il démontre que l'inhibiteur n'agit pas en compétition avec le substrat mais sur un autre site, distinct et peut-être même éloigné du site actif. En dénaturant légèrement la protéine, on voit ne effet disparaitre l'effet inhibiteur du métabolite terminal sans que soit modifiée l'activité de l'enzyme. L'interaction entre signal et substrat s'effectue par l'intermédiaire de la protéine entre deux sites topologiquement distincts. Selon toute vraisemblance, cette interaction à distance est transmise au sein de la molécule protéique par un changement réversible de sons organisation spatiale. A ce changement de conformation est donné le nom de transition allostérique.

Ultérieurement, il étudie le mode d'action de l'acétylcholine. Avec ses collaborateurs, il réussit l'exploit d'isoler le récepteur de l'acétylcholine de la membrane postsynaptique de l'organe électrique de torpille, il étudie ses propriétés allostériques, en établit la structure et en clone le gène.

Enfin, il introduit un passionnant concept épigénétique du développement de la synapse et ouvre des voies nouvelles.

Il est sans aucun doute l'un des biologistes de sa génération à qui l'on doit les découvertes les plus importantes.

Il a acquis une très grande réputation internationale, est membre de plusieurs associations scientifiques, à de nombreux prix à son actif et est l'auteur de 270 publications.