Académie royale de Médecine de Belgique

|

Maurice BURG

(Benjamin)

Né à Boston (U.S.A) le 9 avril 1931.

Elu Correspondant étranger le 27 janvier 2001.

Promu membre honoraire étranger le 13 juin 2008.

Chef du "Laboratory of Kidney and Electrolyte Metabolism au sein du NHLBI/NIH".

Le Docteur Burg est diplômé de la Harvard Medical School en 1955. Après sa formation clinique aux Hôpitaux Beth Israel et V.A. De Boston, il es tentré au laboratoire qu'il dirige actuellement.

Il est l'un des physiologistes rénaux les plus réputés du monde. Ses premiers travaux lui ont permis de véritablement révolutionner les fondements de la connaissance sur les fonctions rénales grâce au développement de techniques nouvelles étudiée pour la fonction de segments de néphron isolés et perfusés individuellement. L'utilisation de ces techniques l'a conduit à identifier un grand nombre de nouveaux systèmes de transport, ainsi que les sites d'action de la vasopressine et des diurétiques majeurs. Ses successeurs, la plupart d'entre eux ayant été ses collaborateurs, ont assuré le succès de ces méthodes dans divers continents. Cette approche technique connait aujourd'hui un regain d'intérêt puisqu'elle est devenu indispensable depuis que la génétique moléculaire a permis de créer de nouveaux modèles de physiopathologie rénale.

Depuis 1986, il a étudié les mécanismes par lesquels les cellules de la médullaire rénale survivent et fonctionnent lorsqu'elles sont exposées à des concentrations extraordinairement élevées en sel et en urée. L'un de ces mécanismes important est l'accumulation (régulée par la pression osmotique) de petites molécules organiques comme le sorbitol, l'inositol, la betaïne, ...Avec ses collaborateurs, il a cloné de cDNA de bien des enzymes et transporteurs impliqués dans l'accumulation de ces osmolytes intracellulaires. Il étudie actuellement la régulation transcriptionnelle et posttranscriptionnelle de ces osmolytes. Son champ d'action s'élargit aujourd'hui à l'activation des composants impliqués dans les signaux de stress comme la protéine p53 qui joue un rôle majeur dans la survie cellulaire en réponse à l'hypertonicité. Les résultats de ces études ont une portée biologique très large puisqu'ils révèlent des mécanismes universels mis en jeu chez une grande variété d'organismes exposés naturellement à de fortes teneurs en sel ou en urée.

Le Docteur Burg est titulaire de nombreux prix et distinctions honorifiques, a été élu membre de l'Académie Nationale Américaine des Sciences.