Académie royale de Médecine de Belgique

|

Médaillon (bas-relief) de Ernest Masoin, Emile Van Ermengem et Richard Bruynoghe

Bas-relief commémorant trois Secrétaires perpétuels de l'Académie.

Il s'agit d'une plaque de marbre (Ht. 0,83 - L. 1,22 m.) dans laquelle sont scellés trois médaillons en métal (Ht. 0,41 - L. 0,28 m.) représentant trois Secrétaires perpétuels (E. Masoin, E. Van Ermengem, R. Bruynoghe) de l'Académie royale de Médecine.

Les médaillons sont signés E. de Bremaecker et sont respectivement datés des 29.10.1960, 14.09.1960 et 6.10.1960.

L'oeuvre fut inaugurée à l'Académie, au cours d'une séance extraordinaire, le 29 avril 1961, dont le compte-rendu a été publié dans le Bulletin de l'Institution (pp. 395 à 412).

Sur la plaque de marbre figurent les mentions suivantes :

a) Partie supérieure :

    "Et quasi cursores, vitae lampada tradunt" (cfr. infra)

     En outre, par dessus les médaillons sont gravés les noms :

    "Ernest Masoin  Emile Van Ermengem  Richard Bruynoghe"

b) Partie inférieure :

     Sous les médaillons, on peut lire les dates entre lesquelles les Secrétaires perpétuels ont respectivement exercé leurs fonctions :

     "1890 - 1915    1919 - 1932    1933 - 1957"

     Enfin, en bas, figure la mention :

     "Secrétaires perpétuels de l'Académie Royale de Médecine de Belgique".

Sur les médaillons se lisent les dates de naissance et de décès des Secrétaires perpétuels, respectivement :

"1844 - 1915     1851 - 1932    1881 - 1957";

Enfin, chaque médaillon est daté et signé, dans sa partie inférieure, (cfr. supra).

Les mots : "Et quasi cursores, vitae lampada tradunt" (Comme des coureurs, ils transmettent le flambeau de la vie) sont un vers de Lucrèce (De Natura Rerum, II, 79). A propos de la brièveté de la vie humaine, Lucrèce fait allusion à la fête grecque des lampadophories, fête nocturne où des relais de coureurs, disposés l'avance, se transmettent de l'un à l'autre des torches enflammées.

Lucrèce compare les hommes à ces coureurs qui rentrent dans la nuit après avoir passé le flambeau à un autre. (Petit Larousse illustré, locutions latines et étrangères).

Références :

Bulletin de l'Académie Royale de Médecine de Belgique, 1960, p. 568;

Bulletin de l'Académie Royale de Médecine de Belgique, 1961, pp. 395 à 412.