Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Noël Peretti

LES PROBIOTIQUES : UNE NOUVELLE ARME CONTRE LA DÉNUTRITION ET LES COMPLICATIONS ASSOCIÉES CHEZ L’ENFANT

par Noël PERETTI (Service de gastro-hépatologie et nutrition pédiatrique – CHU de Lyon).          

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants susceptibles de conférer des avantages en terme de santé à l’hôte qui les reçoit s’ils sont donnés en quantité adéquate. Le microbiote intestinal joue un rôle important dans l’absorption, le stockage et l’utilisation des calories alimentaires (Drissi. Microbial Pathogenesis 2017). Le lien entre la flore intestinale et la croissance animale était indirectement connu depuis longtemps dans le domaine agricole à travers l’utilisation d’antibiotiques et de probiotiques pour promouvoir la prise de poids des animaux d’élevage. Cependant, c’est seulement dans les années 2000 que la découverte d’un lien entre microbiote et obésité (Backhed. Proc Natl Acad Sci 2004) a initié une dynamique de recherche importante dans ce domaine comme en atteste ce symposium et le nombre exponentiel de publications sur le sujet. C’est donc logiquement que ce paradigme a été transposé récemment au champ de la dénutrition.

Les enfants sévèrement dénutris présentent une dysbiose caractérisée par une immaturité relative du microbiote comparativement aux enfants sains du même âge (Subramanian, Nature 2014). Cette immaturité est corrélée aux paramètres anthropométriques et améliorée partiellement par les interventions nutritionnelles de renutrition. Le transfert de microbiote d’enfants dénutris chez le rongeur axénique induit un phénotype de dénutrition également chez l’animal receveur (Blanton, Science 2016) soulevant ainsi un possible lien de causalité.

La modification du microbiote visant à restaurer une flore favorable pour une meilleure croissance a été étudiée dans plusieurs modèles animaux dénutris. Chez la larve axénique de drosophile soumise à une diète pauvre en acides aminées, l’ajout de probiotique spécifique (Lactobacillus Plantarum) induit un rattrapage partiel de croissance (Storelli, Cell Metab 2011). De même chez le souriceau axénique dénutri par régime carencé, l’ajout de ce même probiotique permet un rattrapage significatif de la croissance staturo-pondérale sans que cela soit associé à une prise alimentaire plus importante (Schwarzer M. Science. 2016). De manière intéressante, le même type de résultats sont obtenus chez l’animal non axénique.

Les mécanismes susceptibles d’expliquer cet effet trophique bénéfique de certaines souches de probiotiques sont multiples : 1) action sur les nutriments comme la dégradation de fibres alimentaires non digestes par l’activité saccharase bactérienne, la production de substrats énergétiques comme les acides gras à chaine courte (propionate, butyrate ou acétate), ou la synthèse directement par les bactéries de vitamines et d’acides aminés (Shanahan F. Gut 2017) ; 2) amélioration des anomalies structurelles et inflammatoires de la muqueuse digestive avec un rôle immunomodulateur des probiotiques (Garg. Probiotics Antimicrob Proteins. 2019.

En conclusion, certains probiotiques spécifiques sont capables d’améliorer la croissance de modèles animaux en croissance sans modifier les ingestats. La transposition chez l’humain de ce concept nécessite maintenant la mise en place d’études cliniques.

BIBLIOGRAPHIE

Backhed F., Proc. Natl. Acad. Sci. USA; 101: 15718–23, The gut microbiota as an environmental factor that regulates fat storage, 2004.

Drissi F., Microbial Pathogenesis; 106 182–194, Metabolic role of lactobacilli in weight modification in humans and animals, 2017. 

Garg S., Probiotics Antimicrob Proteins, Jun.19, In Vivo Implications of Potential Probiotic Lactobacillus reuteri LR6 on the Gut and Immunological Parameters as an Adjuvant Against Protein Energy Malnutrition, 2019. 

Schwarzer M., Science; Feb.19;351(6275):854-7, Lactobacillus plantarum strain maintains growth of infant mice during chronic undernutrition, 2016. 

Shanahan F., Gut. 66 1709–1717, Feeding the microbiota: transducer of nutrient signals for the host, 2017. 

Storelli G., Cell Metab., Sep.7;14(3):403-14, Lactobacillus plantarum promotes Drosophila systemic growth by modulating hormonal signals through TOR-dependent nutrient sensing, 2011.

Subramanian S., Nature. 19 juin; 510(7505):417‑21, Persistent gut microbiota immaturity in malnourished Bangladeshi children, 2014.