Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de André Marette

LE RÔLE DU NO DANS L’INFLAMMATION MÉTABOLIQUE : UNE HISTOIRE RADICALEMENT PASSIONNANTE

par André MARETTE, PHD (Centre de recherche de l’Institut universitaire de Cardiologie et pneumologie de Québec, Université Laval, Canada).        

Le monoxyde d'azote (NO) est un puissant gaz radicalaire reconnu pour réguler diverses fonctions physiologiques dans l'organisme. Il est produit par des enzymes, les NO synthases (NOS) qui sont exprimés dans plusieurs types cellulaires. Nous avons démontré que la forme inductible des NO synthases (iNOS) est un médiateur clé de la résistance à l'insuline dans les tissus cibles de l'insuline. Cette enzyme est exprimé dans les cellules myéloides, et notamment les macrophages de type 1, mais aussi dans les adipocytes, hépatocytes et les myocytes suite à leur activation par les cytokines inflammatoires et les lipopolysaccharides bactériens (LPS). Nous avons aussi des évidences que iNOS est exprimée dans les adipocytes humains et peut être activée par des cytokines inflammatoires.  Plus récemment nous avons démontré par la génération d'un modèle d'invalidation génétique (CreLoxP) que la délétion sélective de iNOS dans les adipocytes influence de facon importante et significative la résistance à l'insuline et le profil lipidique chez la souris obèse. iNOS est aussi présent dans l'intestin et son expression est rapidement modulée par un régime riche en lipides. Nous avons récemment démontré que iNOS module la composition du microbiote intestinal ce qui peut également contribuer à son rôle clé dans le développement de l'insulin-résistance associée à l'obésité.

Ces travaux ont été financés par les IRSC, le FRQS (réseau CMDO) et la fondation JA DeSève.