Académie royale de Médecine de Belgique

|

Vidéo et Résumé de Ahmad Awada


PROGRÈS RÉCENTS EN ONCOLOGIE : UNE RÉVOLUTION DANS LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ?  

 par Ahmad AWADA, MD, PhD (Chef du Département de Médecine oncologique - Institut Jules Bordet, ULB), invité.      

Ces dernières décennies ont été particulièrement prolifiques en termes de nouvelles technologies et de stratégies de diagnostic et de traitements contre le cancer du sein. En termes d’avancées, commençons par citer les nouvelles analyses par biopsie liquide, une simple prise de sang qui permet de détecter l'ADN libéré par le cancer. Moins invasive que les prélèvements de tissus, cette méthode permet, dans de nombreux cas, d’affiner le diagnostic, de prédire et/ou de suivre la réponse au traitement, de détecter précocement et de comprendre l’apparition de métastases ou une résistance au traitement. Au niveau des traitements, les stratégies thérapeutiques deviennent de plus en plus ciblées et personnalisées en fonction du cas du patient, grâce à une meilleure connaissance des tumeurs et de leur microenvironnement tumoral (profilage génomique des tumeurs). La chirurgie (meilleur accès à la tumeur grâce à la robotique, comme dans le cas du cancer de la prostate) reste l’acte thérapeutique principal pour les cancers solides. La radiothérapie, irradie localement la tumeur en préservant de plus en plus les cellules saines aux alentours de la tumeur et entraine de moins en moins d’effets secondaires. Les chimiothérapies classiques, très fréquentes il y a encore quelques années, tendent à être remplacées – dans le cas de quelques tumeurs, par des thérapies biologiques ciblées et des « antibodies drugs conjugates », qui bloquent certains mécanismes spécifiques des tumeurs cancéreuses. Dans les nouveaux types de traitements, citons également les immunothérapies, qui visent à « mobiliser » les propres défenses immunitaires du patient pour qu’elles s’attaquent aux cellules cancéreuses et les détruisent. Les patients de l’Institut Jules Bordet accèdent aux nouveautés thérapeutiques parfois cinq ans avant qu'elles soient approuvées par les autorités, un avantage considérable dû à la collaboration étroite entre médecins et chercheurs, au chevet du patient. La prise en charge du patient est multidisciplinaire. A chaque étape de sa maladie, mais aussi après, le patient peut toujours bénéficier d’un support psychologique, pour lui et sa famille, afin de traverser ces étapes. Considérant la vitesse à laquelle tant de nouvelles découvertes voient le jour ces dernières décennies, l’avenir est prometteur.