Académie royale de Médecine de Belgique

|

Vidéo et Résumé Camille Finck


Ont pris part à la discussion : MM. les Prs B. Byl, G. Casimir, St. Louryan, B. van den Eynde et M. J. Borée, invité, prennent part à la discussion.

LA MICROCHIRURGIE CORDALE CHEZ LE CHANTEUR PROFESSIONNEL 

par Camille FINCK (Service d’Oto-Rhino-Laryngologie – CHULiège), invitée.   

Traiter microchirurgicalement une lésion cordale bénigne chez un chanteur professionnel constitue un challenge important.

De nombreuses lésions bénignes peuvent altérer les caractéristiques biomécaniques de l’oscillateur laryngé en altérant en particulier les caractéristiques de viscosité et de rigidité de la couche superficielle des cordes vocales.

C’est la connaissance de la microstructure laminaire des plis vocaux, qui a permis l’évolution de la microchirurgie cordale d’une simple chirurgie de résection à une chirurgie fonctionnelle.

Les points essentiels qui ont  présidé aux modifications des techniques microchirurgicales afin d’obtenir un résultat post-opératoire optimal  sont les suivants :

La couche superficielle de la lamina propria est essentielle à la production du son, permettant l’existence d’une ondulation muqueuse de surface.

Les caractéristiques mécaniques de cette couche superficielle sont liées à sa composition et à l’organisation particulière de sa matrice extracellulaire. 

C’est en occupant, détruisant et déformant cet espace que les lésions cordales bénignes altèrent profondément la voix et en particulier la voix des artistes lyriques.

Ces lésions cordales sont souvent une réponse tissulaire à un traumatisme vibratoire  constituant l’importance chez les chanteurs.

La microchirurgie elle-même représente un traumatisme tissulaire qui peut aboutir à l’installation de lésions cicatricielles altérant définitivement parfois les caractéristiques biomécaniques du vibrateur laryngé et induisant dès lors une dysphonie post-opératoire. 

Dès lors, Une incision chirurgicale limitée, une dissection préservant la couverture cordale saine, la création d’un microflap, une résection minimale de la couverture cordale et une fermeture parfaite de l’incision avec l’utilisation d’une colle biologique, constituent les principes microchirurgicaux  permettant d’obtenir le meilleur résultat fonctionnel post-opératoire.

Le placement d’un implant d’acide hyaluronique estérifié dans la plaie opératoire en fin d’intervention, augmentant temporairement le taux d’acide hyaluronique (dont on connaît le rôle clé dans les processus de réparation tissulaire), est une technique originale personnelle (*) utilisée dans certains cas sélectionnés en raison d’un risque  important de rigidité cicatricielle post-opératoire.

La conférence contiendra dès lors un rappel anatomo-physiologique de la production vocale, une description des principales lésions bénignes que l’on peut rencontrer chez les chanteurs professionnels, une iconographie microchirurgicale, une description de  cas vécus avec description détaillée de l’aspect laryngé  et de la qualité vocale avant et après intervention.

* FINCK C. and  LEFEBVRE P., Implantation of Esterified Hyaluronic Acid in Microdissected Reinke’s Space After Vocal Fold Microsurgery: First Clinical Experiences, Laryngoscope; 15:1841-1847, 2005.

* FINCK C., HARMEGNIES B., REMACLE A., LEFEBVRE P., Implantation of Esterified Hyaluronic Acid in Microdissected Reinke’s Space After Vocal Fold Microsurgery: Short- and Long-Term Results. Journal of Voice; vol. 24, n° 5: 626-635, 2010.

* Best Paper Award 2010 du Journal of voice, dans la catégorie clinique, pour l’article  “FINCK C., HARMEGNIES B., REMACLE A., LEFEBVRE P. Implantation of Esterified Hyaluronic Acid in Microdissected Reinke’s Space After Vocal FoldMicrosurgery: Short- and Long-Term Results. Journal of Voice, vol. 24, n° 5: p626-635, 2010.