Académie royale de Médecine de Belgique

|

Discours Mme Danielle Balériaux, fin de mandat présidentiel 2018

Monsieur le Président du Sénat, Cher Jacques,

Monsieur le Président, Cher Pierre,

Monsieur le Secrétaire perpétuel, Cher Jean-Michel,

Chers membres du Bureau,

Chères collègues et chers collègues,

Chers Amis,

 

Un discours de fin de mandat est un dernier exercice périlleux que je m’efforcerai de rendre succinct.

Au Bureau de l’Académie, tout a commencé en 2007 lorsque je fus élue suppléante du délégué des membres ordinaires… Monsieur Jean-Michel Foidart, fonction assurée pendant une année… En 2014, le Président sortant, Jean-Bernard Otte me souhaita la bienvenue au sein du Bureau en termes chaleureux mais une phrase m’a intriguée à mon sujet : selon mon prédécesseur, j’aurais pu être une des filles d’Eole ! était-ce motivé par ma passion pour la voile ? Alors, je me demande avec vous quels vents j’ai fait souffler pendant cette année de présidence ? Ou évoquais-je pour lui en particulier Alcyone, fille d’Eole et de Céyx, descendant direct de l’étoile du Matin, annonçant donc les jours alcyoniques au cours desquels la tempête d’hiver se retient de se lever ? A moins qu’il ne me reconnaisse un côté un peu sorcière, commun aux filles d’Eole ?

L’Académie de Médecine a poursuivi une route qui se voulait active, conviviale et efficace. Séances ordinaires riches grâce à la programmation de trois lectures par séance, Séances à thème/ symposia consacrés à des préoccupations bien concrètes et d’actualité : Médecine face aux attentats, problématique des infections nouvelles et/ou rebelles, Médecine numérique sans oublier les avancées en matières oncologiques.

Les réunions de Bureau se sont tenues dans un esprit toujours constructif, franc et respectueux. Je remercie tous les membres du bureau pour leur soutien attentif et bienveillant.

Une collaboration avec la « Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België » fut poursuivie et les avis donnés ont été émis conjointement. A l’instar d’Alcyone de Thessalie, j’ai néanmoins eu une déception de taille : je n’ai pas réussi à sensibiliser de façon efficace à la problématique pourtant aiguë du manque d’accès de notre population à l’imagerie par résonance magnétique…

Un rapprochement souhaité avec l’Académie royale de Belgique ne connut guère de vents très ardents … Pourtant, l’Académie de Médecine participe très activement au Collège Belgique.

Un vent d’amertume peut aussi souffler lorsqu’il faut bien constater un manque d’assiduité de certains membres de notre compagnie et pourtant, au terme de ces années passées au Bureau de la Compagnie, je ne puis qu’exprimer l’intérêt et la joie que j’ai ressentis en assistant à nos séances. L’Académie n’est pas l’équivalent d’un congrès scientifique réunissant des spécialistes ni un lieu de cours d’excellence facultaire. On y trouve encore bien : l’intérêt d’écouter des orateurs prestigieux qui réussissent souvent à partager leurs connaissances de façon compréhensibles à tous, à partager leurs réflexions sur le pourquoi et le comment de leurs recherches, à inspirer. Orateurs venus d’horizons tellement différents et qui enrichissent l’esprit curieux de l’honnête homme que nous partageons…

Des vents favorables n’arrivent pas à attirer d’avantages d’étudiants et de jeunes  chercheurs à nos débats pourtant publiques et largement diffusés.

Un bon vent a soufflé sur les relations entre notre Académie et la Fédération Européenne des Académies de Médecine et en cette année d’élections européennes et d’incertitudes géopolitiques, nous ne pouvons que nous réjouir de voir s’installer une collaboration active au niveau européen entre académies pour renforcer la recherche et l’enseignement au niveau européen.

Les semaines à venir nous apporteront des événements marquants : la réception d’Emmanuelle Charpentier comme membre étranger, ce 29 janvier, en présence de la Princesse Astrid. Ensuite, à l’initiative de J.-M. Foidart et du Bureau sortant, nous aurons la grande joie d’accueillir conjointement avec la KAGB sa majesté la Reine Mathilde au titre de membre d’honneur de nos deux Académies. Le sujet de cette séance fut choisi par la Souveraine : Santé mentale des enfants et des adolescents.

J’avoue que cette présidence m’a apporté beaucoup de satisfactions intellectuelles et amicales. Je remercie de tout cœur le soutien que j’ai reçu tout au long des années passées au Bureau de l’Académie. Merci aux présidents J. Brotchi, J. Melin et G. Moonen qui m’ont enseigné le travail au sein de l’académie. Mes remerciements à notre Secrétaire perpétuel, Pr J.-M. Foidart pour le travail considérable qu’il fournit avec diligence et merci d’avoir fait front à quelques vents féminins parfois bien soutenus ! Un mot particulier et chaleureux au Pr A. Ferrant actuellement au Togo et dont le dévouement et l’efficacité m’ont coupé le souffle. Une pensée émue pour le Pr J. Frühling qui fut le premier à m’inciter à travailler au Bureau de notre Académie. 

Il convient également de remercier toute l’équipe administrative et en particulier M. A. Buchet.

Enfin, j’aime à remercier tous les collègues attentifs et assidus qui contribuent à la grandeur de notre académie grâce à leurs interventions, questionnements et participations aux nombreuses commissions.

Un mot du futur : notre Académie se réunit mensuellement et pourtant que de rivages à accoster… Ne faudrait-il pas envisager d’augmenter la fréquence de nos séances ou des réunions de sections d’avantages orientées vers des sujets scientifiques ?

Il me reste à vous souhaiter une bonne et heureuse année et à notre nouveau Président, Pierre Coulie,  bon vent !