Académie royale de Médecine de Belgique

|

Christophe Pierreux. Prix Alvarenga de Piauhy 2017 - Présentateur + Résumé


PRIX ALVARENGA, DE PIAUHY 2017

PRÉSENTATION DE M. LE Dr Ch. PIERREUX,

LAURÉAT DU PRIX ALVARENGA, DE PIAUHY 2017

 par

                                                                                            G. MOONEN, membre titulaire

Pedro Francisco da Costa Alvarenga est né en 1826 au Brésil, à Oeiras dans la province de Piauí. Il est revenu au Portugal lorsqu’il était âgé de huit ans car ses parents, son père était chirurgien, ont été frappés par son intelligence et souhaitaient qu’il fasse des études brillantes.  En 1845, il s'inscrit à la faculté de médecine de Lisbonne, où il obtient son diplôme en 1849. Il a ensuite obtenu son doctorat à l’Université de Bruxelles. De retour au Portugal, il commença à pratiquer et à enseigner  la clinique à Lisbonne.  Alvarenga se distingue notamment au cours des épidémies de choléra  en 1856, et la fièvre jaune en 1857.  Il a décrit le signe connu sous le nom de signe d’Alvarenga – Durozier ou double souffle crural, signe important mais oublié de l’insuffisance aortique. Il est décédé jeune, à 57 ans, d’une maladie aortique.
Conformément à ses dispositions testamentaires, il a été incinéré et ses cendres ont été déposées à la faculté de médecine de Rio de Janeiro.

Dans son testament, il a institué légataires plusieurs corps savants, notamment diverses académies de médecine et parmi elles, l'Académie royale de Médecine de Belgique. Le capital légué se montait alors à 23.639 francs et vingt centimes, et les conditions émises par le testateur étaient les suivantes: l'intérêt annuel du capital ou fonds permanent constituera, chaque année, un prix qui sera appelé « Prix d'Alvarenga, de Piauhy » (Brésil), lequel sera décerné à l'auteur du meilleur mémoire ou ouvrage inédit, dont le sujet sera au choix de l'auteur, sur n'importe quelle branche de la médecine. Si aucun ouvrage n'est jugé digne de récompense, la valeur du prix sera ajoutée au capital. Ce programme fut adopté par l'Académie le 24 novembre 1888. Le montant du prix est actuellement de 3500 €.

Quatre candidatures ont été déposées.

Après délibération, et à l’unanimité, le jury a retenu le document soumis par Monsieur Christophe Pierreux.
Monsieur Christophe Pierreux est âgé de 47 ans. Il est titulaire d’une maîtrise en sciences biologiques de l’Université de Namur obtenue en 1994 et en 1998 d’un doctorat en sciences biomédicales de l’UCL. De 1998 à 2000, il a effectué un séjour postdoctoral à l’Imperial Cancer Research Fund  à Londres. Il est depuis 2007, maître de recherches du F.R.S.-F.N.R.S à l’UCL-Institut de Duve où il dirige le « pôle » biologie cellulaire.
Monsieur Pierreux fait état de cinquante publications citées 2115 fois.

Le jury a estimé que Monsieur Pierreux était le candidat qui faisait  preuve de la plus grande maturité et de la plus grande autonomie.
C’est un biologiste cellulaire de grand talent et de grande réputation. Il a publié dans les meilleures revues et surtout, le travail sur l’embryologie moléculaire de la thyroïde qu‘il  a soumis dans le cadre du Prix Alvarenga, est une impressionnante dissection des interactions moléculaires en cause. La démarche est originale et subtile et fait appel aux techniques les plus modernes. L’élégance du cheminement intellectuel et la maturité de la démarche ont emporté la conviction du jury et c’est un plaisir pour moi d’être le premier à le féliciter.
_____________________

 

COMMENT SE FORMENT LES UNITÉS ANGIO-FOLLICULAIRES DE LA THYROÏDE ?

       par

 le Dr Christophe PIERREUX (UNamur)

Les organes épithéliaux tels que les poumons, l'intestin, le pancréas ou la thyroïde se forment et acquièrent leurs propriétés fonctionnelles durant la vie embryonnaire. Ces fonctions dépendent de l'expression d'un ensemble de protéines spécifiques, mais aussi de l'acquisition d'une architecture tissulaire appropriée. Par exemple, les cellules épithéliales qui forment les poumons, l’intestin ou le pancréas s’organisent en monocouches délimitant une structure tubulaire ouverte vers l’extérieur. Au contraire, la thyroïde se distingue des autres organes épithéliaux par son organisation en structures sphériques fermées que l’on appelle les follicules. Les cellules folliculaires ou thyrocytes délimitent un espace clos, l'espace colloïdal, et sont entourées d'un dense réseau de capillaires parsemés de petites ouvertures. On parle d’unités angio-folliculaires. Grâce à cette proximité, les thyrocytes peuvent capter l'iode de la circulation sanguine et la transporter dans l’espace colloïdal où elle sera oxydée et incorporée aux résidus tyrosine de la thyroglobuline pour le stockage. Lorsque les taux sanguins d'hormones thyroïdiennes (T3/T4) sont faibles, la thyrotropine, ou TSH, ciblera les thyrocytes afin qu’ils capturent la thyroglobuline iodée stockée dans le colloïde. La thyroglobuline iodée sera ensuite hydrolysée dans les lysosomes des thyrocytes et les hormones T3/T4 seront finalement libérées dans la circulation afin de normaliser les taux circulants de T3/T4.

Pour comprendre la morphogenèse des follicules, nous avons analysé en détail le développement de la thyroïde chez la souris. Nous avons observé que les progéniteurs de thyrocytes forment d'abord un amas tridimensionnel de cellules épithéliales. Ensuite, des cellules endothéliales envahissent l’amas épithélial et le fragmente en plus petites structures au sein desquelles des petites lumières apparaissent par fusion orientée et concertée de vésicules intracellulaires avec la membrane plasmique des thyrocytes. L'expansion des lumières et la réorganisation progressive des cellules en contact avec ces lumières génèrent des microfollicules constitués d'une monocouche de cellules épithéliales à la naissance.

Sur base de ces observations, nous avons utilisé des souris génétiquement modifiées (knock-out) et des cultures ex vivo de thyroïde embryonnaire pour élucider les mécanismes impliqués dans la folliculogenèse. Nous avons montré que les cellules de l’amas produisent énormément de VEGFA, un facteur angiogénique, afin de recruter les cellules endothéliales, et que ces dernières étaient requises pour la formation des follicules. En outre, nous avons observé que l’activation de la voie BMP/Smads dans les progéniteurs de thyrocytes était également requise pour la folliculogenèse. Finalement, nous avons démontré que la formation des follicules thyroïdiens nécessitait l’assemblage d’une lame basale autour des progéniteurs de thyrocytes, un événement dépendant à la fois de la présence des cellules endothéliales à proximité des progéniteurs et de l’activation de la voie BMP/Smads.

En conclusion, nos études soulignent l'importance des communications paracrines entre cellules épithéliales et endothéliales durant la folliculogenèse thyroïdienne et mettent en évidence le rôle des cellules endothéliales, de la voie BMP/Smads et de l'assemblage de la lame basale dans l’acquisition de l’architecture épithéliale de la thyroïde. Notre travail de recherche fondamentale illustre également l'impact de ces nouvelles connaissances sur les progrès en bioimpression 3D d’organes qui pourraient mener, à long terme, vers la thérapie de remplacement d'organes défectueux.