Académie royale de Médecine de Belgique

|

Vidéo et résumé de Hugues Duffau


(Ont pris part à la discussion : MM. les Prs B. Dan, J. Brotchi, G. Moonen, E. Salmon et Mme D. Balériaux).

NEUROCHIRURGIE ÉVEILLÉE : ÉTUDE DU CONNECTOME CÉRÉBRAL ET DE LA NEUROPLASTICITÉ APPLIQUÉE A LA CHIRURGIE DES GLIOMES DE BAS GRADE

par Hugues DUFFAU (Département de neurochirurgie, CHU de Montpellier et INSERM U1051), invité.   

La meilleure compréhension de l’histoire naturelle des gliomes diffus de bas grade et de leur relation étroite avec les mécanismes de neuroplasticité réactionnelle a débouché sur une attitude résolument interventionniste et non plus attentiste. De plus, les progrès des méthodes de cartographie fonctionnelle tant péri-opératoire (neuroimagerie) que per-opératoire, dans le cadre d'une neurochirurgie éveillée avec stimulation électrique directe à la fois du cortex et des fibres blanches, ont bouleversé la vision statique et localisationniste classique de l’organisation cérébrale, pour évoluer vers une vision hodotopique - i.e. en réseaux cortico-sous-corticaux parallèles distribués et dynamiques, capables de se compenser. De fait, la chirurgie éveillée d’exérèse, maximaliste et précoce, représente désormais la première option thérapeutique dans les gliomes de bas grade, puisqu’elle permet à la fois de retarder la transformation maligne et donc d’augmenter significativement les médianes de survie, mais aussi de préserver voire d’optimiser la qualité de vie, y compris pour les gliomes infiltrant les régions dites « éloquentes » jusqu’à lors considérées comme non opérables (par exemple l'aire de Broca). Il est par conséquent temps d'évoluer vers une chirurgie neurooncologique fonctionnelle, basée sur l'étude du connectome individuel.