Académie royale de Médecine de Belgique

|

Discours Danielle Balériaux, Présidente élue pour 2018

Chères Collègues,

Chers Collègues,

Mesdames,

Messieurs,

Le futur se construit en respectant le passé et je ne puis occuper cette présidence sans commencer à évoquer la mémoire ou remercier ceux qui ont joué un rôle décisif dans ma carrière médicale et académique. Je salue avec émotion un ancien président de notre Compagnie, Louis Jeanmart, qui fut celui qui m’offrit la liberté de développer avec passion une discipline qui connut un développement technologique extraordinaire : la neuroradiologie. Oui, les neurosciences se succèdent à cette tribune et je salue mon prédécesseur Gustave Moonen à qui j’ai le privilège de succéder. Mes remerciements à  Jacques Brotchi avec lequel j’ai pu partager une carrière hospitalière et de chercheur clinique passionnante! Bonheur de découvrir un neurochirurgien appréciant et encourageant le dialogue avec tous ses collègues : valeur de l’interdisciplinarité…

Ceci m’amène a la question de savoir ce que nous venons faire dans cette Académie ? Notre présence ici témoigne de notre engagement à partager l’excellence de nos connaissances et découvertes, à soutenir la recherche, notre passion à défendre une bonne formation de ceux qui nous succéderont. Tout cela je l’ai appris, entre autres, grâce à nos Secrétaires perpétuels que je tiens à saluer : János Frühling avec lequel j’ai partagé un enseignement en imagerie médicale et qui fut un véritable ami. Il sut rajeunir notre Compagnie, la pousser a se féminiser. Surprise de découvrir la joie de travailler comme membre du Bureau avec Augustin Ferrant, pragmatique avant tout, et dont l’ouverture d’esprit m’a impressionnée. Enfin, mes remerciements à Jean-Michel Foidart qui, comme ses prédécesseurs, assume le rôle de « cerveau et de cœur » de l’Académie et œuvre sans relâche pour activer les travaux de notre Compagnie, en particulier lors de séances de Bureau. Je n’oublierai pas Jacques Melin dont je fus seconde vice-présidente et sus gagner le respect parfois humoriste. Que soient ici remerciés également tous les membres des différents Bureaux auxquels j’ai participé pour leur écoute et participation bienveillante, toujours constructive et collégiale.

Les sujets de préoccupations et de travaux de l’Académie sont nombreux et vous les connaissez. Le travail est immense et je retiendrai ce jour ceux qui me tiennent particulièrement a cœur : organiser nos réunions, préparer des symposia faisant le point sur des sujets d’actualité. Sont déjà prévus, le symposium consacré a la  médecine liée aux attentats et pour novembre, un important symposium consacré a l’enseignement de la médecine coordonné par Gustave Moonen : à ce sujet, je remercie les nombreux membres de la Compagnie qui nous ont déjà envoyé réflexions et recommandations. L’aire des big data et de l’intelligence artificielle bouleverse fondamentalement l’accès a la connaissance : nous devrons enseigner en priorité comment utiliser ces nouveaux outils. Apprendre à apprendre et à utiliser ces nouvelles techniques pour avoir plus de temps pour l’humain : on peut toujours rêver...

L’Académie travaille et il faut que nos avis soient entendus : plus de visibilité, souligner l’apport d’une institution qui se réclame de l’excellence, de compétences diverses et étendues à tous les sujets concernant la médecine, d’une diversité non politisée, et qui se veut sage et totalement indépendante.

Les relations avec la KAGB doivent être maintenues et je tiens à continuer les démarches afin d’œuvrer ensemble.  Particulièrement important et urgent est de  finaliser le texte commun ARMB-KAGB sur le rôle de l’Académie royale de Médecine de Belgique et de la « Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België » comme organes consultatifs fédéraux…

Les relations avec les autres Académies, devraient me semble-t-il, être renforcées et en particulier l’Académie thérésienne. La participation de notre Académie au Collège Belgique témoigne de ce souhait de collaboration fructueuse. 

D’autres thèmes importants sont les réflexions d’ordre éthique et, tout particulièrement, ceux liés au vieillissement et aux maladies cérébrales incurables, sans parler des progrès de la génétique. 

Le monde des connaissances évolue rapidement et j’aimerais suggérer l’addition d’une rubrique courte en fin de nos séances, qui serait consacrée à des nouvelles découvertes ou informations médicales exceptionnelles... à présenter par un de nos membres ?

La recherche médicale, les problèmes économiques engendrés par l’explosion technologique, la bioéthique  sont d’autres thèmes de préoccupation lancinants, mais je ne puis tous les discuter dans cette courte allocution. Ce qui me tient le plus à cœur est d’œuvrer à ce que notre médecine soit humaine et humaniste. 

Gustave Moonen, dans son allocution de bienvenue aux nouveaux membres, a souligné  que si l’Académie tendait vers l’équilibre des genres, il n’y avait pas d’autre recommandation que celle de l’excellence…  et j’ajouterai, de l’attachement à notre Compagnie.

C’est donc avec beaucoup de plaisir que je succède à Jeanine Stiennon comme deuxième Présidente de notre Académie.

Pour terminer, j’aimerais partager ma devise qui me tient à cœur : « Si tu te prends au sérieux, n’oublie pas d’en rire ».