Académie royale de Médecine de Belgique

|

Anne-Françoise Spinoit. Prix Lucien Deloyers (2014-2015) - Vidéo + Présentation + Résumé

 

PRÉSENTATION DE Mme LE Dr A.-F. SPINOIT 

Lauréate du Prix Lucien Deloyers (2014-2015)

par

G. Casimir, membre titulaire  

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire perpétuel,

Chers Collègues,

Mesdames, Messieurs,

En tant que Rapporteur du Jury du Prix Lucien Deloyers  2014-2015, prix biennal portant sur un sujet chirurgical, et manifestement basé sur la méthode expérimentale bernardienne, il m’appartient avec mes collègues Paul Van Cangh et Eric Wespès de vous en annoncer son attribution au docteur Anne-Françoise SPINOIT, âgée de 35 ans.

Diplômée de l’UCL en 2006, spécialiste en Chirurgie générale, puis en Urologie et transplantation rénale, elle est graduée en Urologie à Ghent où elle réalise un fellowship en urologie pédiatrique entre 2013 et 2015. En septembre 2015, elle défend une thèse de doctorat intitulée « New insights in Congenitale penile malformations » à l’Université de Ghent.

Son bilan scientifique compte 23 publications référencées dans Pubmed (20 dans Scopus) dont 10 en premier auteur, une en dernier auteur avec un h-Index 4 et 58 citations.

Le travail de thèse présenté comporte tout d’abord une introduction sur l’embryologie et l’anatomie des organes génitaux féminins et masculins, de même qu’une définition bien illustrée de toutes les malformations et/ou absence de construction normale de l’organe mâle.

Le travail s’intéresse alors aux causes des malformations, à leur reconstruction chirurgicale et à leurs conséquences, au pronostic des prises en charge et à leurs implications psycho-sociales et sexuelles et enfin  aux innovations de prise en charge.

Le travail ainsi présenté est bien écrit, clair dans sa présentation, montre la complexité de l’urologie malformative de l’appareil uro-génital masculin,  l’importance d’une pratique étendue de cette chirurgie et d’un travail scientifique qui a encore un avenir important.

Le Dr Spinoit démontre par ce travail une excellente possession du sujet. Elle travaille dans une équipe reconnue et avec des liens internationaux dont elle a pu profiter.

Les membres du jury estiment donc que le Dr Spinoit mérite indéniablement d’être lauréate du Prix, faisant le tour d’un sujet important pour l’enfant et la chirurgie urologique.

_____________________________

 

NOUVELLES PERSPECTIVES À PROPOS DES MALFORMATIONS PÉNIENNES CONGÉNITALES

par

Mme le Dr Anne-Françoise SPINOIT (UCL-UGent)

Le terme ‘malformations péniennes congénitales’ (MPC) regroupe un large spectre de pathologies.  La plupart d’entre elles sont seulement partiellement comprises.  Ce travail a pour but de mieux comprendre ce qui est connu à propos des MPC, afin d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche.

Etiologie des MPC : Existe-t-il une possible pathophysiologie commune aux MPC ?  Afin de le découvrir,  une analyse  prospective observationnelle d’échantillons de dartos prélevé chez des enfants opérés pour une MPC primaire a été réalisée.  L’étude, menée en simple aveugle pour l’anatomopathologiste quant à l’indication chirurgicale, a pu confirmer une pathophysiologie commune aux MPC.  De plus, il est apparu que le niveau de désorganisation de l’architecture du dartos était fortement corrélé avec la sévérité clinique de la malformation.

Les Hypospades constituent la présentation la plus commune des MPC.  L’étiologie des hypospades reste cependant à ce jour relativement nébuleuse.  Les causes sont en fait multifactorielles, et la résultante d’interactions délicates entre l’enfant et sa mère à travers le placenta, modulées par des facteurs externes et environnementaux.  Beaucoup de ces causes restent à ce jour mystérieuses, même si notre compréhension des mécanismes pouvant causer un hypospade est en constante progression depuis une dizaine d’années.

Si l’étiologie des hypospade reste toujours incomplètement comprise, les techniques reconstructrices  sont quant-à-elles relativement bien décrites.  Aucune technique n’a à ce jour émergé en tant que standard recommandé, et de nombreuses techniques sont reconnues comme efficaces.  Ces techniques reposent sur quelques principes de base que tout chirurgien se doit de connaitre et maîtriser afin de pouvoir les appliquer quand nécessaire.

Les résultats de ces techniques de reconstruction sont rapportés de manière variable dans la littérature.  Une analyse rétrospective d’une large base de données à propos de reconstructions primaires d’hypospades (RPH) de l’Hôpital Universitaire de Gand, centre tertiaire de référence, a montré de bons résultats sans ré-intervention dans presque 75% des cas.  Environ 25% des patients ont besoin d’une ré-intervention.  De ces derniers, environ la moitié présente sa complication justifiant une ré-intervention plus d’un an après la reconstruction initiale.  Ceci illustre que le suivi à long-terme est nécessaire afin de détecter le taux de complications post-opératoires réel : les taux de complications rapportés dans la littérature sont parfois inférieurs à ceux de Gand, mais le suivi post-opératoire dépasse rarement six à douze mois.

Existe-t-il des facteurs prédictifs de complications ? Nous avons tenté de trouver des variables indépendantes associées avec une ré-intervention chirurgicale.  Une analyse logistique régressive uni- et multi-variée a été appliquée sur cette même base de données de RPH, créée de façon à garantir un long suivi-postopératoire, afin d’identifier les variables associées aux ré-interventions.  Le seul facteur prédictif indépendant de ré-intervention est le grade de l’hypospade, avec les hypospades proximaux apparaissant comme statistiquement significatifs.

L’influence de la reconstruction des hypospades sur le comportement psycho-sexuel est peu évalué.  Il semble cependant que lespatients ayant bénéficié d’une reconstruction semblent moins satisfaits de leurs façon d’uriner  mictionnels que leurs contrôles sains.  L’étendue de ces plaintes semble liée à la sévérité de l’hypospade.  En ce qui concerne la fonction sexuelle, il semble qu’une prévalence plus élevé d’insatisfaction sexuelle et de comportement d’évitement de contact sexuel soit noté, allant de pair avant une auto-perception génitale négative.

Une autre MPC fréquemment observée est le buried penis, ou verge enfouie congénitale.  Cette condition est débattue, et beaucoup de techniques de reconstruction variables sont décrites.  Nous avons décrit la technique appliquée à Gand.  Cette technique est relativement facile à appliquer, reproductible, and procure des résultats satisfaisants selon les parents et les patients.

En conclusion, bien que cette thèse procure quelques réponses à propos des questionnements actuels dans les MPC, cette thèse souligne avant tout que de nombreux domaines restent inexplorés.  Des études prospectives multicentriques sembles nécessaires afin d’explorer ces domaines toujours mystérieux.