Académie royale de Médecine de Belgique

|

Motion concernant les articles de presse sur des questions médicales

            M. le Président. – Quelques Collègues des deux Académies de Médecine se sont émus du mode de présentation de certains articles de presse, qui louent exagérément certains traitements ou opérations réalisés à l’étranger, en laissant entendre que de tels résultats ne sont pas à la portée de nos médecins ou chirurgiens.

            Un projet de motion, initialement rédigé par MM. Govaerts et Leplat, a été attentivement étudié par les Bureaux des deux Académies et a abouti à la formule que voici :

            « Les progrès extraordinaires de la Thérapeutique et de la Chirurgie créent dans le public un intérêt intense et légitime à l’égard des questions médicales. Il n’est pas surprenant que la presse consacre à ces questions des articles d’information et de vulgarisation qui, eu égard à la complexité des problèmes traités, manquent parfois de rigueur scientifique. Ces informations, dès lors mal comprises et mal interprétées, suscitent souvent de vains espoirs chez les malades et leur entourage. Elles peuvent donner aussi l’impression que certains centres hospitaliers détiennent des monopoles de traitement.

            » Les Académies de Médecine estiment rendre un service au public en attirant son attention sur le fait que souvent les interventions dont on fait spécialement étant dans la presse ont déjà été exécutées avec succès en Belgique. La Médecine et la Chirurgie de notre pays ont prouvé par une brillante tradition qu’elles possèdent toutes les possibilités de s’assimiler les découvertes thérapeutiques et d’y apporter leurs contributions originales.

            » Grâce à l’appui du Gouvernement et des Commissions d’Assistance publique ainsi que du Fonds National de la Recherche Scientifique, les hôpitaux belges, en particulier ceux des quatre universités, n’ont cessé de se perfectionner. Ils ont atteint un niveau remarquable en matière d’organisation et d’équipement. Ils sont en état de fournir aux médecins de famille des renseignements précis sur les possibilités de réaliser en Belgique des opérations ou des thérapeutiques d’avant-garde.

            » Le public belge se doit de reconnaître la valeur de nos hôpitaux et le rôle qu’ils sont en état de remplir.

            » Les deux Académies osent espérer que les autorités administratives et la presse voudront bien, d’une part, tendre à faire apprécier par le public la valeur scientifique de la médecine belge et, d’autre part, aider le Corps Médical à observer les règles de discrétion et d’éthique professionnelles que l’Ordre des Médecins s’efforce de faire respecter à tous les échelons de la hiérarchie médicale sans distinction. »

            Cette motion a déjà reçu l’approbation de la « Koninklijke Vlaamse Academie voor Geneeskunde van België ». Elle est également admise sans observation par notre Compagnie.

            Ce texte sera donc communiqué par les deux Académies, respectivement dans ses versions flamande et française, à la presse belge et aux principaux journaux médicaux.

            Séance du 27 juin 1959.