Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport de la Commission chargée d'examiner le mémoire présenté par MM. M. Gerebtzoff, M. J. Dallemagne et E. Philippot, sous le titre : "L'intoxication des Mammifères par l'hexachlorocyclohexane et par les produits de substitution du méso-inositol"

La Commission était composée de MM. P. Gérard et C. Heymans.

M. le Président. – Je prie M. Wattiez de me remplacer pendant quelques instants parce que, en l’absence de M. Heymans, je vais donner lecture du rapport de la Commission sur le mémoire présenté par MM. Gerebtzoff, Dallemagne et Philippot.

            (M. le Premier Vice-Président Wattiez prend place au siège présidentiel.)

            M. Gérard, Président, donne lecture du rapport ci-après :

            Le mémoire de MM. Gerebtzoff, Dallemagne et Philippot est une contribution intéressante et importante à la toxicologie de l’hexachlorocyclohexane et les produits de substitution du méso-inositol.

            Les auteurs passent d’abord en revue les travaux antérieurs consacrés à la toxicologie de l’hexachlorocyclohexane, particulièrement de ses différents isomères.

            Ils exposent ensuite leurs expériences personnelles relatives à la toxicité aiguë et chronique de ces produits chez le mammifère.

            Les contributions des auteurs à l’étude histopathologique de l’intoxication constituent la partie la plus originale du travail. Cette étude est très fouillée et apporte des observations présentant un grand intérêt. Ces observations mettent particulièrement en évidence que l’isomère gamma de l’hexachlorocyclohexane et deux éthers méthylés du méso-inositol déterminent surtout une rupture au niveau des tissus, des complexes lipo-protidiques et une dégénérescence graisseuse généralisée qui se manifeste surtout au niveau du foie, des muscles squelettiques et cardiaques, du tissu nerveux, du rein, du poumon et de l’utérus.

            Les auteurs émettent l’hypothèse que dans la première phase de l’intoxication, il y a une synthèse énergique de lipides, par déviation du métabolisme des glucides.

            Les auteurs ont examiné enfin l’hypothèse que l’hexachlorocyclohexane serait l’antivitamine du méso-inositol.

            Toutes ces recherches sont menées très systématiquement et avec une excellente méthode histopathologique.

            Nous proposons de féliciter les auteurs pour leur très intéressant travail et de publier celui-ci dans le Bulletin de l’Académie.

            M. le Premier Vice-Président Wattiez. – Quelqu’un demande-t-il la parole au sujet des conclusions du rapport, dont vous venez d’entendre la lecture ?

            Personne ne demandant la parole, je déclare le rapport et ses conclusions adoptés.

            (M. le Président reprend place au fauteuil présidentiel.)

            Séance du 31 mai 1952.