Académie royale de Médecine de Belgique

|

Discussion du rapport de la Commission chargée d'examiner la nouvelle demande d'avis du Gouvernement concernant l'homéopathie

La Commission était composée de MM. P. Govaerts, C. Heymans, J. La Barre et P. Van Gehuchten, Membres titulaires, ainsi que de MM. L. Brull, Fr. Van Goidsenhoven et Z.M. Bacq, Correspondants.

            Voici ce rapport :

            « La Commission, réunie en séance du 27 octobre 1951, a réexaminé la question de savoir « si les traitements homéopathiques sont actuellement fondés et s’ils ne peuvent être considérés comme nocifs pour la santé ».

            » Aucun élément nouveau n’est intervenu pour modifier l’opinion unanime de la Commission nommée le 17 décembre 1949. A cette époque, elle avait exprimé l’avis qu’à l’heure actuelle les traitements homéopathiques, n’ayant aucune base scientifiques, doivent être considérés comme fondés uniquement sur l’empirisme.

            » La Commission estime d’autre part que les médicaments homéopathiques ne peuvent comme tels être nocifs par eux-mêmes, mais que dans certains cas leur utilisation pourrait être dangereuse par le fait qu’elle retarde l’application d’une thérapeutique allopathique efficace réellement curative et reposant sur des bases scientifiques bien établies. »

            Ce rapport est approuvé à l’unanimité. Il sera transmis à M. le Ministre de la Santé Publique et de la Famille, et l’autorisation de le reproduire dans le Bulletin sera demandée à M. le Ministre, conformément à l’art. 83 du Règlement.

            La séance est levée à 12 heures 40 minutes.

            Séance du 24 novembre 1951.