Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport de la Commission chargée d'examiner le mémoire présenté par MM. J. Lequime et H. Denolin sous le titre : "Etudes cliniques et physiopathologiques portant sur 50 cas de tétralogie de Fallot"

La Commission était composée de MM. P. Govaerts, rapporteur, et J. Roskam.

            Lorsqu’en 1945, les cliniciens belges purent reprendre contact avec les autres pays, il apparut que l’un des progrès les plus importants dans les techniques d’étude de la circulation était le cathétérisme des cavités cardiaques.

            Ce procédé permettait en effet de remplacer par des mesures précises ce qui n’avait été jusque-là que des évaluations conjecturales. On pouvait désormais analyser le sang prélevé dans l’oreillette et le ventricule droits, enregistrer directement la pression dans ces cavités, comparer la composition du sang veineux mêlé à celle du sang artériel et, par conséquent, mesurer avec précision le débit cardiaque. Enfin, il devenait possible de déterminer la quantité de sang traversant les communications anormales existant entre les cavités du cœur.

            La clinique médicale de l’Université de Bruxelles était particulièrement préparée à tirer parti de ces techniques. Dès avant 1940, le Prof. Paul Govaerts et le Dr Lequime avaient appliqué un procédé gazométrique au diagnostic de la maladie de Roger et le Dr Lequime avait ensuite consacré sa thèse d’agrégation à l’étude du débit cardiaque à l’état normal et pathologique. C’est pourquoi, dans le cadre du Groupement scientifique pour l’étude et le traitement des cardiopathies, il lui fut possible avec divers collaborateurs – particulièrement avec le Dr Denolin – d’entreprendre immédiatement, par le cathétérisme des cavités et par une série d’autres méthodes, l’étude clinique et physiopathologique des affections congénitales du cœur. Cette étude, outre son intérêt scientifique propre, avait pour but pratique de faire un diagnostic précis des malformations congénitales et de dire quels patients étaient susceptibles d’être traités chirurgicalement.

            La « tétralogie de Fallot » constitue le syndrome le plus habituel parmi les malformations congénitales avec cyanose, MM. Lequime et Denolin en ont étudié 50 cas au cours des deux dernières années et c’est l’ensemble de leurs observations qu’ils présentent à l’Académie.

            Cette étude est remarquable par le grand nombre des cas qui ont pu être étudiés du point de vue physiopathologique en mettant en œuvre simultanément une des techniques très diverses (radiographie opacification des cavités cardiaques, oxymétrie, analyse des gaz du sang, calcul de l’importance du shunt). Elle fournit par conséquent une description clinique détaillée dont tous les éléments s’appuient sur des observations personnelles.

            En outre l’analyse de certains symptômes a nécessité de la part des auteurs des recherches dont les résultats les plus originaux sont les suivants :

            1°) Le souffle systolique de la tétralogie de Fallot prend naissance à l’orifice pulmonaire et non pas au niveau de la communication interventriculaire ;

            2°) Dans un certain nombre de cas, la cyanose s’atténue avec l’âge. L’analyse gazométrique permet d’attribuer ce fait au développement progressif des circulations collatérales dérivant notamment de l’artère bronchique ;

            3°) La prédilection que manifestent les patients pour la position accroupie provient du fait que, dans cette position, le sang artériel est mieux oxygéné, ce que l’on peut démontrer par l’oxymétrie ;

            4°) Les auteurs ont vérifié les observations de Bing concernant le coefficient d’utilisation d’oxygène. Ce coefficient s’élève au cours de l’effort, chez les sujets normaux. Il diminue chez les patients présentant une tétralogie de Fallot.

            Si l’on applique chez ces sujets la méthode oxymétrique pendant l’effort, on voit que ce dernier provoque une désaturation du sang artériel qui paraît résulter de l’augmentation du shunt lors de l’exercice musculaire.

            Outre ces points originaux, les auteurs ont précisé le diagnostic différentiel de la tétralogie de Fallot et son pronostic, ainsi que les conditions dans lesquelles l’intervention chirurgicale est susceptible d’améliorer ces patients.

            L’ensemble de ces données représente le fruit d’observations nombreuses et bien conduites, qui ont exigé un effort remarquable par son ampleur et sa qualité.

            Les rapporteurs proposent d’adresser aux auteurs, les remerciements de l’Académie et de publier leur mémoire dans le Bulletin.

            Ces propositions sont adoptées.

            Séance du 28 avril 1951.