Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Charles van Ypersele de Strihou, correspondant

(Séance du 26 novembre 1988)  

L’AMYLOÏDOSE DU DIALYSÉ               

par Charles van YPERSELE de STRIHOU (Cliniques Universitaires St.-Luc – UCL), correspondant.

L’amylose du patient dialysé est une entité clinicopathologique nouvelle caractérisée par des dépôts fibrillaires de β2-microglobuline (β2m) prenant le rouge Congo. Ces dépôts se développent surtout au niveau des synoviales, y provoquant des syndromes du canal carpien, des arthralgies et des lacunes osseuses. On les retrouve aussi, en quantité minime, dans d’autres organes. La β2m, catabolisée exclusivement par le rein, s’accumule au cours de l’insuffisance rénale et entraîne à long terme une véritable thésaurismose. Nous avons identifié deux facteurs favorisant l’apparition de cette complication : l’âge du patient et le type de membrane utilisée dans le rein artificiel. La membrane synthétique AN69 (polyacrylonitrile) est peu amyloïdogène, à l’inverse de la cuprophane. Ces deux membranes se différencient par leur capacité d’épurer la β2m, d’une part, et par leur biocompatibilité, d’autre part. Sans qu’il soit possible d’être formel, nous concluons que ces deux caractéristiques jouent un rôle dans l’effet formel, nous concluons que ces deux caractéristiques jouent un rôle dans l’effet protecteur de l’AN69. Les lésions osseuses d’amylose ne paraissent pas régresser après transplantation rénale quoique leur symptomatologie clinique disparaisse sans délai.

SUMMARY

Dialysis amyloïdosis is a recently recognized clinicopathological entity, characterized by β2-microglobulin (β2m), Congo red positive, fibrillar deposits. The deposits are mainly localized in syovia where they result in carpl tunnel syndrome, arthralgias and bone cysts. They have also been detected, in minute amounts, in most organs. Β2m is catabolized solely in the kidney. It accumulates thus in terminal renal failure and induces in the long term a real thesaurismosis. We have identified two contributing factors, the age of the patient and the dialyser’s type of membrane. The synthetic polyacrylonitrile membrane AN69 is significantly less amyloidogenic than cuprophane. AN69 differs from cuprophane both by a higher clearance rate of β2m and a better biocompathibility. Both characteristics probably contribute to the protective effects of AN69. Finally, the bone lesions of dialysis amyloidosis do not regress after transplantation despite an immediate clinical improvement.