Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Dimitrios Trichopoulos

(Séance du 29 octobre 1988) 

PASSIVE SMOKING AND LUNG CANCER : A SHORT CRITIQUE            

par Dimitrios TRICHOPOULOS, invité.    

Depuis 1981, quand Trichopoulos et al. et Hirayama, dans deux études indépendantes, ont constaté une relation entre tabagisme passif et cancer du poumon, quinze autres investigations épidémiologiques ont été réalisées dont onze ont révélé une association positive. On devrait noter en outre que : (1) une classification fausse de l’exposition ou du résultat et une spécification fausse de la latence peuvent avoir amené à une sous-estimation systématique de l’effet et (2) une classification incorrecte des fumeurs ou des anciens fumeurs (qui forment un groupe à risque élevé de cancer du poumon et qui le plus souvent fréquentent des fumeurs comme des non-fumeurs), ne peut expliquer davantage qu’un excédent de 15% environ de risque de cancer du poumon associé avec le tabagisme passif.

SUMMARY

Since 1981 when Trichopoulos et al. and Hirayama, in two separate studies, reported an association between passive smoking and lung cancer, 15 other epidemiologic investigations have been undertaken and 11 of them have found a positive association. Furthermore it should be noted that: (i) random misclassification of exposure or outcome and misspecification of latency may have lead to systematic underestimation of effect, and (ii) misclassification of smokers or exsmokers (who are at an increased lung cancer risk and tend also to live with smokers) as nonsmokers cannot explain more than about 15% of the excess lung cancer risk associated with passive smoking.