Académie royale de Médecine de Belgique

|

In Memoriam Pr André Verniory, membre titulaire

(Séance du 26 mars 1988)  

Décès du Professeur André VERNIORY, membre titulaire  

par le premier vice-président, Professeur Jules DERIVAUX.   

Le Professeur André Verniory, membre titulaire, est décédé le 14 mars 1988.  Il allait atteindre sa 70ème année. 

Depuis quelques mois, sa santé s’était fortement altérée ; très conscient de son état, il le supportait courageusement, s’efforçant, tant qu’il l’a pu, de participer à nos séances ; sa dernière présence parmi nous remonte à la séance de décembre.

Permettez-moi d’évoquer brièvement son souvenir ; un hommage académique plus circonstancié lui sera ultérieurement.

André Verniory est né à Namur le 23 mars 1918.  Ses humanités terminées, il s’inscrit à la Faculté de Médecine de l’Université libre de Bruxelles et parcourt le cycle de ses études médicales de façon particulièrement brillante. En 1942, il est proclamé docteur en Médecine, Chirurgie et Accouchements avec la plus grande distinction.

Au cours de ses études médicales, il remporte successivement le prix Fleurice Mercier (1937) et le prix Kleefeld (1942).  Il est lauréat du concours universitaire (1938-1940).

D’abord aspirant du FNRS (1943-1945), il entre dans la carrière universitaire comme assistant, à temps plein, au service de Médecine interne du renommé professeur Paul Govaerts qui exercera une profonde influence sur sa formation et sur son orientation dans la recherche médicale.

Au départ du professeur Govaerts (1955), il devient l’adjoint principal et le collaborateur le plus direct de notre collègue le professeur Paul Lambert à la clinique médicale de l’hôpital Brugmann ; il y est plus spécialement chargé du département de pathologie rénale.

Agrégé de l’enseignement supérieur en 1957, il est successivement promu chargé de cours associé (1963), chargé de cours (1969), puis professeur.  Il est admis à l’honorariat en 1983.

Son activité scientifique fut essentiellement centrée sur l’étude de la physiopathologie rénale et spécialement sur l’hypertension, domaines chers à son maître Paul Govaerts.

Sa première publication parue dans les comptes rendus de la société de Biologie (1945) a déjà pour titre « Rénine et hypertension par ischémie rénale ».  Il ne cessera de s’intéresser à ce sujet. De 1949 à 1953, Govaerts et Verniory exposeront au cours de cinq lectures faites devant notre Compagnie, les résultats de leurs recherches expérimentales sur l’hypertension, menées chez le chien.

Parmi ses nombreux travaux, dont certains réalisés en collaboration avec P.P. Lambert, je retiendrai :

a)    L’étude du rôle de l’ACTH de la désoxycorticostérone ;

b)    Le rôle de l’hydrochlothiazide sur la rétention d’eau et l’excrétion rénale des électrolytes ;      

c)    La mise en évidence des méthodes d’investigation de l’hypertension d’origine rénale ;

d)    L’intérêt des biopsies rénales dans le diagnostic différentiel des néphropathies glomérulaires ;

e)    L’étude du mécanisme hypotenseur des β-bloquants ;

f)     La physiopathologie de la membrane glomérulaire ;

g)    Le rôle de synthèse rénine-angiotensine dans la pathologie de l’hypertension etc…

Très versé en matières statistiques, il fut un des promoteurs de l’Informatique médicale en Belgique.  Suite à la visite de nombreux centres, notamment aux USA, il organise le département d’informatique physio-pathologique de l’hôpital Brugmann et il en fut le président du conseil de gestion.

Sa compétence lui avait ouvert les portes de nombreuses sociétés scientifiques belges et étrangères dont le « Scientific council on hypertension ».

Elu correspondant de notre Académie le 27 juin 1970, il accéda au titulariat le 26 novembre 1977.

Rapporteur à de nombreux congrès, il présida les Journées médicales de Bruxelles en 1971 et il avait été pressenti pour occuper la présidence du congrès international de Médecine qui doit se tenir à Bruxelles en septembre prochain.

Il participait aux travaux de la commission de la Politique scientifique et il fut titulaire de plusieurs contrats de recherches passés avec le Fonds de la Recherche scientifique médicale (FRSM).

Notre confrère Verniory était un homme droit, affable, courtois, ayant le sens de la rigueur et de la serviabilité. Il aimait l’Académie dont il était un membre très assidu et ses interventions y étaient toujours judicieuses.

Il avait été récemment promu Grand Officier dans l’Ordre de Léopold.

Ses funérailles ont eu lieu dans la plus stricte intimité familiale.  Nous garderons fidèlement son souvenir.