Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Isidore Pelc

(Séance du 25 novembre 1989)  

LES DROGUES EN BELGIQUE.  SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES    

par Isidore PELC (Laboratoire de Psychologie médicale, Alcoologie et Toxicomanies.  Faculté de Médecine de l’Université libre de Bruxelles, et Service de Psychiatrie de l’Hôpital Universitaire Brugmann), invité.

Les problèmes liés à l’usage et à l’abus de drogues – substances licites ou illicites susceptibles d’engendrer un état de dépendance – sont liés aux caractéristiques pharmacologiques des produits, aux particularités psychologiques des individus, ainsi qu’au contexte social.  Si les états de dépendance caractérisés, tels que l’héroïnomanie, concernent une population relativement limitée (8 à 10.000 sujets) en regard des 300.000 alcooliques, il est préoccupant de constater une consommation occasionnelle de cannabis chez près de 6 % des élèves du secondaire, des difficultés dans la prescription judicieuse et la consommation adéquate des tranquillisants ou encore, une prévalence de près de 12 % de séropositivité HIV dans les toxicomanies I.V.  Le dispositif d’accueil et de soins qui doit être spécialisé, diversifié et comporter des secteurs ambulatoires et résidentiels, est insuffisant et ne bénéficie pas de subsidiation régulière.  Le traitement, s’il est efficace, est long, coûteux et ne donne que des résultats limités (30 %).  A côté des mesures répressives qui visent à limiter l’offre, il faut tenter de restreindre la demande par le développement de programmes de prévention auprès des professionnels de la santé et de l’éducation ainsi que du public.  Des évaluations épidémiologiques, le développement d’analyses toxicologiques ainsi que des recherches au niveau biologique et psychosocial, fragmentaires actuellement, doivent être encouragées.    

SUMMARY

Drug addiction in Belgium : present state and trends.

Problems connected with the use and abuse of licit or illicit drugs, causing dependency, are related to the pharmacological characteristics of the substance, to psychological traits of the user and to the social context.  Hard drugs use such as heroin addiction concerns 8 to 10,000 people; alcohol abuse, 300,000.  Nevertheless, some other date are worrying : 6 % of high school students have occasionally tried cannabis, appropriate prescription and use of minor tranquillizers are problematic.  At least 12 % of IV drug addicts are HIV seropositive.  Assistance and care must be available in multiple programs and performed by specialized teams in outpatient and inpatient facilities. They are insufficiently developed and funded.  Treatment is effective but long-lasting, expensive and stabilization rate is low (30 %).  Prohibition exists and is supposed to reduce availability; preventive programs are to be developed among the public, educational and health professionals.  Epidemiologic evaluations, toxicologic assessments, biological as well psychosocial research, have to be promoted.