Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean Schoenen

(Séance du 30 septembre 1989)  

LES NEUROTRANSMETTEURS SPINAUX : NEUROANATOMIE CHIMIQUE DE LA MOELLE HUMAINE ET DE NEURONES SENSORIELS DE RAT ADULTE EN CULTURE

par Jean SCHOENEN (Services de Neurologie et de Neuropathologie, CHU Sart Tilman de l’ULg), invité.   

Cet article a pour objet d’illustrer l’intérêt de l’étude immunocytochimique des neurotransmetteurs spinaux en pathologie humaine et en expérimentation animale.  La distribution dans la moelle épinière humaine des principaux transmetteurs, en particulier des neuropeptides, y est résumée.  Les données obtenues sur cas pathologiques permettent d’entrevoir l’origine de certaines afférences peptidergiques et de suggérer que dans la sclérose latérale amyotrophique la dépopulation sélective en fibres à substance P pourrait jouer un rôle pathogénique.  L’anatomie chimique des systèmes de neurotransmetteurs s’avère utile pour évaluer la plasticité de neurones spinaux dans des modèles expérimentaux de nécrose induite par un antagonisme de la substance P et de traumatisme médullaire.  Finalement, un système de culture de ganglion rachidien de rat et d’homme adultes démontre que l’expression phénotypique des neurotransmetteurs peut être modulée expérimentalement, ce qui ouvre des perspectives nouvelles pour la recherche du rôle neurobiologique de ces substances et pour l’utilisation d’autogreffes en cas de lésions du système nerveux central.  

Summary

The purpose of this paper is to illustrate the advantages of immunocytochemical studies of spinal neurotransmitters in human pathology ad in animal experiments the distribution of transmitters, mainly of neuropeptides in the human spinal cord is summarized.  Data obtained on pathological material are able to determine the origin of certain peptidergic afferents to the spinal cord and suggest that the early selective disappearance of substance P-fibers plays a role in the pathogenesis of amyotrophic lateral sclerosis. Transmitter immunocytochemistry is useful for assessing the plasticity of spinal neurons in chemically induced degeneration of the gray matter and in a model of spinal cord trauma.  Finally, a newly developed culture system of adult rat and human dorsal root ganglia demonstrates that the phenotypic expression of neurotransmitters can be modulated experimentally, which offers new perspectives for studying their neurobiological role and for the tentative repair of central nervous system lesions by autografts.