Académie royale de Médecine de Belgique

|

In Memoriam Pr Lionel Rowson, membre honoraire étranger

(Séance du 30 septembre 1989)  

In Memoriam du Professeur Lionel ROWSON, membre honoraire étranger.

Le Professeur Lionel Rowson, est décédé en juillet dernier, membre honoraire étranger de notre Compagnie, dans le cadre de la sixième Section.

Après ses études secondaires à la « King Edward School » de la ville de Stafford où il était né le 28 mai 1914, Rowson choisit la carrière vétérinaire ; il s’inscrit au « Royal veterinary College » de Londres où il reçoit l’agrégation en 1938.  Après un bref passage en clientèle rurale, il est attaché au laboratoire de Pathologie Milton Road, de Cambridge, spécialisé dans les recherches sur la stérilité dans l’espèce bovine.  Deux ans plus tard, en 1942, il est chargé de mettre en place et d’organiser l’insémination artificielle du bétail dans le district de Cambridge et il est nommé directeur du centre.

Tout en conservant cette fonction, il rejoint en 1950 le centre de recherches de Physiologie animale de Cambridge alors dirigé par le célèbre professeur John Hammond qui l’engage à reprendre, mais cette fois chez les espèces domestiques et avec l’objectif d’aboutir à des applications pratiques, les études sur la transplantation embryonnaire entreprises quelques années plus tôt, dans ce même laboratoire, par Pincus et Chang.

A la retraite de John Hammond, en 1954, Rowson se verra confier la direction de physiologie de la reproduction et il l’assumera jusqu’à sa mise à la retraite en 1979, soit pendant un quart de siècle.

Le laboratoire de Rowson et de ses collaborateurs et élèves sont de la plus haute qualité : au plan fondamental, ils ont puissamment contribué aux progrès de nos connaissances de la physiologie génitale chez les diverses espèces domestiques et ils ont conduit à des applications pratiques de la plus haute importante en matière d’amélioration et de sélection du bétail.  Qu’il me suffise de citer les études sur la superovulation, la synchronisation de l’oestrus, le développement blastocytaire, les relations utéro-ovariennes, les techniques de récolte, de conservation et de transplantation embryonnaire chez la vache, la brebis, la jument et la truie.

C’est à Rowson et à ses collaborateurs que l’on doit les premiers résultats de transfert d’embryons à longue distance, leur conservation à basse température suivie de leur transplantation fructueuse.

La naissance du premier veau, suite à la transplantation d’un embryon congelé, eut lieu à Cambridge en 1973.  Tout en me limitant, j’y ajouterai les recherches sur la gémellité expérimentale, les micromanipulations embryonnaires ouvrant la voie à la production de jumeaux monozygotiques, la fécondation in vitro, le sexage avant implantation, la production de chimères, le clonage, etc…

Tous ces travaux devaient valoir à Rowson nombre de distinctions académiques et honorifiques ; je mentionnerai seulement qu’il était membre de la « Royal Society », « fellow du R.C.V.S. », du « Walfson College » de Cambridge, président honoraire de la société internationale de transfert embryonnaire ; il était officier de l’Ordre de l’Empire britannique.

Il trouvait dans la pratique du crickett et de l’élevage de pur-sang un dérivatif à son activité scientifique. 

Chercheur enthousiaste, Rowson était un homme simple, d’une haute distinction, de contact facile, bienveillant et d’une grande disponibilité.

Il avait été élu correspondant étranger de notre Compagnie le 26 novembre 1977 et élevé au rang de membre honoraire le 26 novembre 1983.

Recueillons-nous quelques instants pour honorer sa mémoire.