Académie royale de Médecine de Belgique

|

Dieudonné SAUVEUR

Jean Joseph)
Né à Liège le 5 octobre 1797.
Elu Membre titulaire le 19 septembre 1841 (quatrième section). Secrétaire de 1841 à 1862.
Docteur en médecine et Inspecteur général au Ministère de l'Intérieur. Décédé à Liège le 1er novembre 1862. Notice par J. F. Vleminckx le 29 novembre 1862 (Bulletin). Eloge par J. Marinus le 31 octobre 1874 (Bulletin). Photo in archives.

Il est le fils aîné du recteur magnifique de l'Université de Liège, Toussaint-Dieudonné Sauveur. Il entame ses humanités au Lycée de Liège.
Il se rend ensuite à Paris où il est diplômé en chirurgie et en accouchements.
Il est nommé membre de l'Académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Bruxelles, le 7 novembre 1829.
Le 27 août 1831, il est désigné comme secrétaire du Conseil Supérieur de Santé et premier commis à la 2e division du Ministère de l'Intérieur. Il y devient chef de bureau en 1838 et commissaire du service de santé civile en 1840.
A partir de 1839, Sauveur exerce les fonctions d'inspecteur des établissements belges de sourds-muets et d'aveugles.
Suite à la suppression du Conseil supérieur de Santé le 19 septembre 1841 et au transfert de ses compétences à l’Académie royale de médecine, Sauveur devient membre secrétaire de cette nouvelle institution. Il préside à la création de son Bulletin dont il dirige la publication des vingt et un premiers tomes.
En juin 1846, Sauveur devient chef de la division des affaires médicales et d'hygiène publique nouvellement créée par le ministère de l’intérieur.
Il devient la même année inspecteur du Service de Santé. En 1850, il est promu inspecteur général du service médical civil, de l'hygiène et de la médecine vétérinaire.
En 1853, il est nommé membre de l'Académie Impériale Léopoldo-Caroline.

Travaux:

En février 1821, Dieudonné Sauveur publie dans le Journal général de médecine de la Société de médecine de Paris, une réponse à une question sur les convulsions qui surviennent dans la grossesse, pendant et après l'accouchement pour laquelle il remporte une mention honorable.
Il se spécialise en médecine sociale et dans le cadre de ses différentes responsabilités professionnelles, il participe à plusieurs commissions. Il marque de son influence celles qui sont chargées, entre autres, de procéder à l'analyse des eaux minérales (1837), de réviser le règlement de 1821 relatif à l'examen de l'aptitude ou de l'incapacité au service militaire (1845) et de l'élaboration de la loi sur l'enseignement vétérinaire (1846), d'élaborer la loi sur l'exercice de la médecine et de la pharmacie (1851), de préparer le règlement organique des établissements d'aliénés (1851), de soumettre à l'expérimentation le procédé de Willems contre la péripneumonie exsudative du bétail (1852).
Sauveur participe à la publication de la Nouvelle Pharmacopée belge de 1854.
Il s’adonne à des recherches de paléontologie végétale et décrit plusieurs nouvelles espèces de végétaux fossils.