Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean-Edouard Desmedt, membre titulaire

(Séance du 29 février 1992)

PROGRÈS RÉCENTS DANS L’UTILISATION CLINIQUE DES POTENTIELS ÉVOQUÉS SOMESTHÉSIQUES     

par Jean-Edouard DESMEDT, membre titulaire et Georges FRANCK, Michel MEULDERS, Jacques BROTCHI, collaborateurs.

Les méthodes de moyennage électronique ont rendu possible l’analyse des réponses électriques très petites (fraction de microvolt) du cerveau que l’on recueille non-invasivement au niveau de la peau chez l’homme intact lors de stimulations sensorielles normales.  Des progrès considérables ont récemment établi les potentiels évoqués somesthésiques (PES) obtenus par stimulation somatique (peau, nerfs mixtes ou cutanés) comme faisant partie intégrante de la « culture neurologique ».

Le profil du PES est constitué d’une série de quelques 15 composantes qui chacune reflète la mise en jeu de générateurs nerveux distincts, étagés le long de la voie somesthésique s’étendant depuis les doigts jusqu’au cerveau.  On distingue les « composantes de champ lointain » reflétant des générateurs sous-corticaux spécifiques et les « composantes de champ proche » reflétant des générateurs situés à moins de 30 millimètres des électrodes de dérivation (par exemple au niveau de la moelle ou du cortex cérébral).  Nous avons élucidé une série de paramètres méthodologiques, notamment les types de stimulation et le choix des électrodes de référence en fonction des problèmes posés.  La cartographie détaillée (Brain mapping) a permis d’identifier les composantes PES distinctes générées par les différentes aires somesthésiques corticales 3b, 1, 2, 4 et 6.

Les malades neurologiques avec lésion focale de la moelle, du tronc cérébral ou du cerveau, montrent la perte sélective d’une ou de plusieurs composantes PES.  Ces données fonctionnelles corrélées avec les constatations anatomiques (scanographie, RMN) permettent d’analyser non-invasivement la sensibilité somatique chez l’homme.  Elles apportent des données nouvelles pour le diagnostic et la physiopathologie de divers syndromes comme le syndrome thalamique de Dejérine-Roussy ou l’astéréognosie.

L’étude des PES s’est également révélée importante dans le monitoring per-opératoire ainsi que dans l’objectivation des hypoesthésies ou dysesthésies en évaluation du dommage corporel.