Académie royale de Médecine de Belgique

|

Vidéo et résumé de Marianne Fillet

AVANCÉES RÉCENTES EN MÉTABOLOMIQUE ET EN PROTÉOMIQUE

(Ont pris part à la discussion MM. L. Hue, Mme N. Delzenne, MM. J. Crommen et A. Albert)

 

(Séance du samedi 25 janvier 2014)

par Marianne FILLET (ULg), invitée.               

La métabolomique et la protéomique sont deux approches technologiques de la famille des « omiques » utilisées pour une meilleure compréhension des mécanismes biologiques. Aujourd'hui en plein essor, elles ont respectivement pour but d’étudier l'ensemble des métabolites et des protéines, produites par un organisme sous différentes conditions.

Ces deux approches s'imposent comme des outils prometteurs de l'exploration biologique puisqu’elles sont susceptibles de rendre compte des modifications de la composition des fluides biologiques en réponse, par exemple, à un processus pathologique. En effet, les maladies, les médicaments ainsi que d'autres molécules biologiquement actives provoquent des perturbations des concentrations et des flux des métabolites et des protéines. La réponse à ces perturbations met en jeu une régulation fine des environnements intra et extracellulaire visant à maintenir l'homéostasie. Aussi bien la perturbation que la réponse à celle-ci s'expriment sous forme de modifications de la composition des fluides et des tissus qui sont caractéristiques de la nature du site du processus pathologique, de l'agression toxique ou de la réponse pharmacologique, formant ce que l’on appelle une empreinte. Ces empreintes peuvent être évaluées au moyen de techniques chromatographiques et spectroscopiques associées à des méthodes statistiques multivariées, afin d’apprécier la réponse du système biologique à ces perturbations en fonction du temps.

Le but de cet exposé est d'expliquer comment se déroulent les analyses métabolomiques et protéomiques et de faire le point sur les avancées technologiques récentes qui ont été réalisées en la matière. Des exemples d'applications seront commentés et les principaux obstacles qu’il reste à surmonter pour que ces approches puissent fournir des données pleinement exploitables par les biologistes et les médecins seront évoqués.