Académie royale de Médecine de Belgique

|

Jean MARINUS

(Romuald)

Né à Tubize le 29 novembre 1800.

Elu Membre adjoint le 24 avril 1842 (quatrième section).

Membre titulaire le 18 octobre 1846.

Membre titulaire le 25 janvier 1862 (troisième section).

Secrétaire-Trésorier en 1874.

Docteur en médecine.

Spécialités : obstétrique et chirurgie.

Décédé à Saint-Josse-ten-Noode le 8 septembre 1874. Notice par A. Pigeolet le 3 octobre 1874 (Bulletin). Eloge par Louis Gallez le 31 mars 1900 (Bulletin). Photo in archives et Bulletin 1900.

Il fut admis en 1815 comme élève à l'école de médecine et de chirurgie pratiques qui fleurissaient à cette époque. Il en suivit les cours en même temps qu'il continuait à perfectionner son instruction dans la langue latine dont il sentait la nécessité pour étudier avec succès la science médicale. D'abord confondu dans la foule, presque dédaigné par ses condisciples à cause de son extrême jeunesse, il ne tarda pas à se distinguer et à s'attirer l'estime et l'affection de ses maîtres. Dans les concours qui terminaient l'année scolaire, il fut couronné onze fois dans l'espace de 3 années (de 1817 à 1819). Il obtint également au concours, le grade d'élève externe à l'hôpital Saint-Pierre, dont il rempli les fonctions durant quatre années. Se destinant plus particulièrement à la pratique de la chirurgie et des accouchements, il subit publiquement, avec distinction, les examens de chirurgien et accoucheur de la ville, le 24 novembre 1820, devant la Commission médicale provinciale du Brabant. Il fut acté au procès-verbal qu'il avait subi ses examens d'une manière extraordinaire. Il se fixa à Bruxelles, où il se livra à la pratique de la chirurgie et plus spécialement à celle des accouchements pour laquelle il avait une prédilection particulière. La clientèle ne lui fit plus défaut dans la classe inférieure, clientèle à la vérité peu lucrative, mais qui lui permettait de se former  à la pratique de l'art. Pendant les dix premières années, il consacra ses loisirs à des cours particuliers d'accouchements et de médecine opératoire aux quels assistaient beaucoup d'élèves désireux de s'instruire. en 1827, il fit paraitre dans la bibliothèque médicale nationale et étrangère un mémoire qui avait pour titre Recherches sur l'ophtalmie qui règne dans l'armée des Pays-Bas. Dans ses relations avec les praticiens de la capitale, il avait été souvent humilié du reproche de n'être que simple chirurgien, titre qui avait suffi jusque là à sa modestie. N'ayant pas profité des avantages de la loi de 1817 sur l'enseignement universitaire, il ne pouvait, comme il le désirait, se présenter aux examens pur obtenir les grades académiques, mais, en considération de ses écrits, le Roi Guillaume 1er lui accorda, en 1829, l'autorisation de se présenter dans l'une des trois universités belges pour y être interrogé. Il prit ses inscriptions à l'Université de Gand et y fut promu Docteur en Médecine le 3 juin 1830. La révolution belge, qui survint peu après, le porta à suivre l'impulsion patriotique qui s'était emparée de tous les cours indépendants. Nommé médecin de Bataillon de la garde civique le 9 octobre 1830, il ne cessa pas d'occuper ce grade dans la milice urbaine jusqu'en 1853. Il grandement aidé à l'établissement de la littérature médicale en Belgique en prenant en 1834 la Direction de l'Encyclographie des sciences médicales à laquelle il annexa le Bulletin médical belge. C'est également à son initiative que fût fondé le Congrès médical de Belgique. 

Il fut membre de la Société des Sciences médicales et naturelles de Bruxelles (Secrétaire), de l'Institut historique de France, de l'Académie Impériale et Royale de médecine de Vienne, de l'Académie Casurea Leopoldina-Carolina des Curieux de la nature d'Allemagne, de l'Académie des Sciences lettres et Arts de Montpellier, de la Société de médecine de Caen, de la Société de médecineet de chirurgie d'Evreux, de la Société de médecine de Rouen, de la Soiété de médecine de Gand, de la Société de médecine d'Anvers, de la Société des Sciences médicales et naturelles de Malines, de la Société de Médecine de Verviers, de la Société de Médecine de Willebroeck, de la Société médio-chirurgicale de Montpellier, du Cercle médical de Montpellier, de la Société rhénanne des sciences naturelles, de la Société de Chirurgie d'Amsterdam, de la Société des pharmaciens de l'Allemagne septentrionale, de la Société médico-chirurgicale à Berlin, de la Société Grand-Ducale de Minéralogie, de la Société médicale d'Emulation de Paris, de la Société de Médecine d'Hambourg, de la Société physio-médicale d'Erlanger (Bavière), de la Société médicale d'émulation de Guadulajura, de la Société de philosophie médicale de Warzbourg, du Cercle médico-pharmaceutique de Liège, du Conseil de salubrité de Liège, la Société des Sciences naturelles du Bruges, de la Société de médecine de Louvain, de l'Académie d'archéologie d'Anvers, de la Société médicale de Westminster à Londres, de la Société médico-chirurgicale de Bruges, de l'Académie des Lyncées de Rome...

Il fut Officier de l'Ordre de Léopold et fut décoré d'une Médaille civique de 1ère Classe et d'une Croix de bronze pour secours aux blessés français.

Une liste de publications est consultable à l'Académie.