Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean Clément

(Séance du 29 juin 1996)

HANTAVIROSE : UNE « NOUVELLE » ZOONOSE EXOTIQUE BIEN DE CHEZ NOUS    

par J. CLÉMENT (Hôpital militaire Reine Astrid), invité.

L’hantavirose est une zoonose récemment reconnue.  Les vecteurs principaux sont les rongeurs sauvages ou les rats de laboratoire infectés.  La transmission à l’homme se fait par inhalation des excrétions aérosolisées.  Les organes-cibles sont les reins ou les poumons, mais un impact systémique peut être observé avec atteinte multiviscérale, induisant parfois la mort.  Au moins seize différents sérotypes d’hantavirus sont connus à ce jour, dont huit ont une signification clinique.

Chaque stérotype possède son réservoir-rongeur et sa distribution géographique spécifique.  En Europe, le campagnol roussâtre (Clethrionomys glareolus) est le vecteur habituel, transportant le sérotype Puumala, agent étiologique de l’affection virale connue sous le nom de néphropathie épidémique (NE).  En 1993, la Belgique a été témoin de sa plus importante poussée de NE : plus de 60 cas humains ont été détectés dans la partie méridionale de l’Entre-Sambre-et-Meuse, avec Chimay comme foyer principal.      

_______________