Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean-Daniel Picard

(Séance du 8 avril 1995)

L’AVENIR DE L’ANGIOGRAPHIE  

par J.D. PICARD (Paris), invité.

Les progrès de l’écho-Döppler (ED), du scanner hélicoïdal et de l’angiographie par résonance magnétique (ARM) sont responsables d’une régression des indications de l’angiographie classique.

L’abord des maladies artérielles, veineuses et lymphatiques est étudié dans différents territoires.  En fonction des résultats, l’auteur tente de prévoir l’avenir de l’angiographie et sa place par rapport aux autres techniques d’imagerie.

Selon sa conception, l’angiographie classique n’aura guère de place dans le diagnostic des maladies vasculaires.  Elle conservera un caractère indispensable au stade de la thérapeutique endovasculaire.

Cette évolution provoquera une redistribution des actes thérapeutiques vasculaires au sein des différentes spécialités et des spécialités maîtrisant ce type de pathologie.

_______________