Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Pierre Freychet

(Séance du  28 septembre 1996)

RÉSISTANCE A L’INSULINE : LES ENSEIGNEMENTS DE MODÈLES ANIMAUX D’OBÉSITÉ  

par P. FREYCHET, correspondant étranger, Y. LE MARCHAND-BRUSTEL et E. van OBBERGHEN.

L’insulino-résistance qui accompagne l’obésité créée par l’aurothioglucose chez la souris et celle de la souris génétiquement obèse (ob/ob), est caractérisée par plusieurs anomalies.  Au niveau des récepteurs de l’insuline, on observe à la fois une altération de la fonction de liaison de l’hormone (diminution du nombre des récepteurs) et une altération de la fonction enzymatique (tyrosine kinase).  Au niveau post-récepteur, la phosphatidylinositol 3-kinase (P13-K) joue un rôle important au sein du réseau de la signalisation de l’insuline, notamment pour la stimulation du transport du glucose.  L’activation de la P13-K par l’insuline est fortement diminuée chez les souris obèses ; un jeûne alimentaire restaure une réponse normale à l’insuline, aussi bien pour la P13-K que pour le transport du glucose et la synthèse du glycogène.  Ces observations soulignent le caractère pluri-factoriel, et largement réversible, de l’insulino-résistance.  Des altérations semblables ont été rapportées dans l’obésité et le diabète non insulino-dépendant humains.  Les recherches effectuées sur ces modèles animaux ont ainsi ouvert la voie à l’investigation clinique.      

__________________