Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Robert Lauwerys

(Séance du 18 mai 1996)

ÉVALUATION DES NIVEAUX ACCEPTABLES D’EXPOSITION AUX POLLUANTS INDUSTRIELS ET ENVIRONNEMENTAUX : PROBLÈMES SOULEVÉS PAR L’INTERPRÈTATION DES DONNÉES ÉPIDEMIOLOGIQUES    

par R. PAOLETTI (Milan), correspondant étranger.

Pour évaluer les niveaux d’exposition aux polluants industriels et environnementaux acceptables d’un point de vue sanitaire, un ensemble de données toxicologiques doivent être recueillies qui découlent de deux sources principales : études toxicologiques expérimentales (in vitro et in vivo) et enquêtes épidémiologiques parmi des sujets exposés.  Quelle que soit l’importance des informations toxicologiques recueillies chez l’animal, les données épidémiologiques, lorsqu’elles sont disponibles, constituent l’information essentielle pour apprécier si un niveau tolérable d’exposition originellement proposé sur la base d’études expérimentales permet réellement une protection suffisante de la santé.  Pour des raisons pratiques évidentes (identification aisée de groupes à risque, gradient suffisant d’exposition), la majorité des études épidémiologiques visant à définir les niveaux tolérables d’exposition pour des effets non génotoxiques sont de nature transversale et sont réalisées parmi des groupes de sujets professionnellement exposés.  Même lorsque le protocole de ces études épidémiologiques permet d’exclure l’interférence de biais méthodologiques, l’interprétation de leurs résultats en terme de risque acceptable soulève fréquemment d’importantes difficultés.  Cet article en souligne trois particulières, à savoir : 1) la preuve de la causalité de l’association entre exposition au(x) polluant(s) et effets toxiques 2) la signification sanitaire des modifications biologiques précoces induites par le (s) polluant(s) considéré(s) et enfin 3) l’extrapolation des observations effectuées chez les travailleurs à la population générale.   

________________