Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean Morel

(Séance du 24 février 1996)

HIÉRARCHIE DES RÉGULATIONS CELLULAIRES DANS LE REIN  

par Fr. MOREL (Paris), correspondant étranger.       

Parmi les nombreux « signaux » externes qui sont susceptibles de modifier l’état de fonctionnement des cellules épithéliales du rein, il convient de distinguer deux catégories :

Dans les conditions physiologiques, d’une part, les « hormones » contrôlent l’intensité des flux de transport spécifique qui traversent leurs cellules cibles rénales respectives.  Pour expliquer comment de tels effets cellulaires peuvent contribuer à maintenir l’homéostasie du milieu intérieur, il est nécessaire de savoir où et comment chacun d’entre eux modifie la composition du fluide tubulaire, tout au long des segments successifs du néphron.

Dans les situations pathologiques ou durant l’ontogenèse du rein, d’autre part, les divers « facteurs » tissulaires présents dans leur environnement immédiat induisent, dans les cellules rénales, des programmes de fonctionnement qui permettent d’assurer prioritairement leur survie, leur croissance ou leur division.

________________