Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean-François Bach

(Séance du  27 janvier 1996)

LA MÉDECINE PRÉVENTIVE    

par J.F. BACH, membre honoraire étranger.  

Reconnaître les maladies plus tôt et agir préventivement sont les deux objectifs indissociables de la Médecine préventive.

La prédilection peut être fondée sur la mise en évidence de gènes de prédisposition. Mais cela est rarement suffisant car, bien souvent, la maladie est polygénique et la pénétrance des facteurs génétiques incomplète, réduisant la fiabilité de la prédiction.  Il est très utile, lorsque cela est possible, de compléter cette prédiction par l’étude de marqueurs biologiques permettant de reconnaître le déclenchement du processus pathogène, alors que celui-ci n’a pas encore donné lieu à des lésions ou des troubles fonctionnels à l’origine de manifestations cliniques.  En tout état de cause, cette démarche n’est justifiée que lorsqu’il est possible de proposer un traitement préventif efficace et sans danger, comme dans l’exemple du glaucome juvénile.  Le cas du diabète insulino-dépendant est également intéressant, même si les traitements actuellement proposés n’ont pas encore fait la preuve absolue de leur efficacité.      

________________