Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Isabelle Salmon

(Séance du 28 mars 1998)

LES CONTRIBUTIONS LES PLUS RÉCENTES A L’AMÉLIORATION DU DIAGNOSTIC ET DE LA PRÉCISION DU PRONOSTIC, NOTAMMENT DANS LE DOMAINE DES TUMEURS ASTROCYTAIRES     

par Mme I. SALMON (ULB), invitée.  

Cette étude résume les travaux que nous avons réalisés dans le but d’améliorer l’évaluation du pronostic des patients porteurs de tumeurs astrocytaires. Notre approche est basée sur l’optimisation de l’évaluation anatomopathologique classique du degré de malignité des tumeurs astrocytaires par la quantification de marqueurs morphologiques classiques d’une part, et l’introduction de paramètres biologiques relatifs au contenu en ADN des populations tumorales, d’autre part.  Ces paramètres résultent de l’application de la microscopie assistée par ordinateur et sont soumis à des méthodes de traitement de données adaptées. Une série de 250 tumeurs astrocytaires a été analysée et comprend 39 astrocytomes (AST), 47 astrocytomes anaplasiques (ANA) et 164 glioblastomes (GBM), identifiés selon la classification de l’OMS.  Cette classification, qui permet de différencier des groupes de tumeurs associés à un pronostic relativement favorable (AST), intermédiaire (ANA) ou défavorable (GBM), ne tient néanmoins pas compte du haut degré d’hétérogénéité tumorale au sein de chaque groupe.  En effet, appliquée aux cas individuels, cette classification peut s’avérer peu prédictive.  Nos travaux, par l’identification de nouvelles entités au sein de ces groupes histologiques, ont permis d’améliorer l’évaluation du pronostic des tumeurs astrocytaires en établissant des nouveaux points de référence au sein du continuum biologique AST – ANA – GBM.

_________________