Académie royale de Médecine de Belgique

|

Pierre GRAUX

(Joseph)

Né à Harmignies le 15 mars 1795.

Elu Membre titulaire le 19 septembre 1841 (première section).

Professeur à l'université de Bruxelles et Recteur de la même institution, Professeur à l'Ecole de médecine vétérinaire de l'Etat à Cureghem.

Spécialités : anatomie, physiologie et hygiène.

Décédé à Bruxelles le 12 décembre 1873. Notice par P. Tallois le 27 décembre 1873 (Bulletin). Photo in archives.

Al'issue de ses humanités, il entreprit des études médicales. Après avoir suivi les cours de l'ancienne Ecole de Médecine de Bruxelles, il se rendit à l'Université de Leyde, où il obtint le diplôme de Docteur en médecine en 1816. Il alla également se perfectionner à Paris. Pour compléter ses grades universitaires, il se présenta devant la Faculté de Médecine de Liège et obtint le 3 mai 1820 le diplôme de Docteur en chirurgie et accouchement. Actif et entreprenant, il créa à grands frais un établissement de bains sulfureux qui n'eut pas le succès escompté. Voyant ses aspirations déçues, il abandonna son entreprise pour s'adonner entièrement à la pratique médicale et à l'enseignement. Il débuta par un cours public d'hygiène au Musée des Sciences, cours qu'il assuma de pair avec le cours d'anatomie à l'Ecole de Médecine de Bruxelles. Sa curiosité naturelle l'amena à étudier l'anatomie comparée. La révolution de 1830 donnait au gouvernement belge la maîtrise sur les diplômes. C'est ici, qu'il rencontra la Profession de vétérinaire. Sa connaissance en anatomie comparée le fit désigner comme membre de la Commission vétérinaire qui envisagea rapidement à la création d'un enseignement belge. C'est ainsi qu'il fonda avec Crèvecoeur et Froidmont, l'Ecole Vétérinaire. Il y fût chargé de l'enseignement de l'anatomie et la physiologie, charge qu'il assura jusqu'en 1848.  A la création de l'Université de Bruxelles, il se retrouva professeur d'anatomie. Il assura aussi l'enseignement de l'anatomie à l'Académie des Beaux-Arts et fût aussi nommé médecin-chef des hôpitaux de Bruxelles. Graux resta toute sa vie un praticien. Pour perfectionner ses connaissances sur le Choléra, il se rendit à Paris. Ses actions dans ce domaine lui valut quelques médailles.