Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Patrick De Potter

(Séance du 25 janvier 2003)

TRAITEMENT DU MÉLANOME INTRAOCULAIRE : NOUVEAUX CONCEPTS    

par  Mme D. BALÉRIAUX, correspondant régnicole, et Th. METENS, coll.

L’angiographie cérébrale fut pratiquée pour la première fois au monde par le Docteur Egaz Moniz en 1927, et devint une des premières techniques d’imagerie efficaces pour rapprocher le cerveau et poser le diagnostic de certaines pathologies cérébrales.  L’avènement de la TDM et ensuite l’IRM a considérablement réduit les indications de l’angiographie cérébrale, technique qui, au cours du temps, a connu une évolution importante, passant des techniques de ponction directe à celles de navigation intravasculaire et de cathétérisme.

Aujourd’hui, la visualisation élective du système vasculaire reste une indication clinique majeure pour l’évaluation, principalement, des pathologies vasculaires intrinsèques.  Dans les meilleures mains, l’angiographie « conventionnelle » reste néanmoins un examen invasif, pouvant être grevé de complications neurologiques transitoires ou définitives.

L’IRM est une technique sensible au flux sanguin cérébral, ce qui permet d’individualiser les structures vasculaires, sans injection aucune de produit de contraste.  Dès lors, une série de méthodes spécifiques d’angiographie IRM (ARM) ont été développées.  

Les avantages et limitations des différentes formules ARM actuellement utilisées seront présentés dans cet exposé, ainsi que les méthodes ARM les plus récentes, obtenues à très haut champ (3 T).

____________________