Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Mme Alexandra Belayew

(Séance du 26 juin 2004)

ÉTUDE FONCTIONNELLE D’UN GÈNE CANDIDAT POUR LA DYSTROPHIE MUSCULAIRE DE LANDOUZY-DEJERINE   

par Mme A. BELAYEW (Université de Mons – Hainaut), invitée.

La dystrophie musculaire de Landouzy Dejerine ou facioscapulohumérale (FSHD) affecte un individu sur 20.000.  Elle est caractérisée par une dégénérescence progressive des muscles squelettiques qui progresse de manière asymétrique, du haut vers le bas du corps.  Bien que le défaut génétique soit connu depuis douze ans, le gène responsable n’a pas été identifié.  Les patients présentent une délétion partielle d’une série d’éléments répétés, situés près de l’extrémité du bras long du chromosome 4.  Les chercheurs pensent que cette délétion perturbe la structure de la chromatine sur une grande distance, ce qui pourrait affecter l’expression de plusieurs gènes.  L’originalité de notre laboratoire est d’avoir identifié un gène dans l’élément répété lui-même.  Ce gène est fonctionnel et code pour une protéine, DUX4, localisée à la périphérie du noyau cellulaire.  DUX4 est détectée en faibles quantités dans des cultures primaires de myoblastes de patients, mais pas de personnes non-affectées.  Son expression forcée dans des cellules-contrôle cause leur mort en 48 heures.  Les myoblastes primaires de patients présentent un stress oxydant : ce phénomène est aussi induit par l’expression forcée de DUX4.  En conclusion, nous proposons le gène DUX4 comme candidat pour la FSHD.

______________________